› Économie

La destination Mali est-elle attrayante pour les investisseurs ?

Contribuer à l’amélioration du climat des affaires au Mali est l’une des missions assignées par l’État à l’Agence pour la promotion des investissements (API), dont les initiatives en ce sens se multiplient. Mais, aujourd’hui, l’attractivité de la destination Mali est-elle de mise ? Comment se portent les nouvelles entreprises qui s’installent dans le pays ?

Dans le dernier classement Doing Business 2019 publié par la Banque mondiale sur la facilité de faire des affaires, le Mali a régressé de deux places. Il est désormais 145ème sur 190 classés. Selon Ibrahim Touré, responsable Relations investisseurs à l’API Mali, ce recul est dû au fait que « le Mali n’a entrepris qu’une seule réforme en 2018, tandis que plusieurs pays de la région Afrique subsaharienne en ont entrepris plus de 107 sur la même période ». À l’en croire, cette régression ne sera pas très visible dans l’évolution des investissements au Mali. Il faut plutôt poursuivre la consolidation des acquis, « communiquer sur ce qu’il y a de positif et que le Doing Business ne fait pas ressortir ».

Paradoxes En réalité, malgré la « mauvaise note » du Mali, le climat des affaires est relativement stable aujourd’hui et de nouvelles entreprises s’implantent dans le pays. Parmi celles-ci, Syinix Electronics, appartenant au groupe chinois Calcare Techonology, vient de boucler une année de présence sur le marché malien. Lancé en septembre 2017, elle représente la branche électroménager de sa maison-mère. « Même si les conditions ne sont pas toutes roses, en s’installant au Mali Syinix Electronics s’est associé à des distributeurs officiels à qui reviennent tous nos produits et donc la gestion des taxes sur importation », confie Djibril Sanogho, Country manager de la société. La marque est déjà plutôt bien installée à Bamako et a d’ailleurs amorcé son expansion dans les régions, notamment à Koutiala, Ségou, Sikasso et Kayes.

Par ailleurs, considéré comme l’entreprise la plus influente de l’industrie de la radiotélévision chinoise, qui se développe en Afrique, le groupe de médias chinois Startimes s’est installé il y a peu en proposant ses services de télévision numérique aux Maliens. Avec plus de 440 chaines et des émissions diffusés en 10 langues, le groupe offre une alternative de plus sur un marché compétitif dans le pays.

Le Mali est donc une destination attrayante pour les investissements étrangers. Plusieurs entreprises se positionnent pour les années à venir dans divers secteurs porteurs. Selon Ibrahim Touré, cette dynamique sera consolidée par des actions de promotion, à l’intérieur et à l’étranger.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut