› Société

Ninacad : Pour mettre fin à la spéculation foncière

Le Premier ministre Soumeylou Boubeye Maiga et le Colonel Dieffaga lors du lancement du Ninacad.

Afin d’endiguer l’épineuse question du foncier, le gouvernement du Mali a mis en place ninacad.sprdf.ml, un portail web qui, selon le ministre de l’Habitat et de l’urbanisme, Moustapha Sidibé, « offrira aux usagers une porte d’entrée commune aux données géographiques et assurera aux services et collectivités un accès facile aux informations foncières ».

Le premier coup de clic de cet outil, censé lutter contre la spéculation foncière, a été donné par le Premier ministre Soumeylou Boubeye Maiga le 30 novembre. « Actuellement, nous sommes dans une sorte de pagaille, organisée par ceux qui essayent de profiter de l’aspiration de tout un Malien à obtenir une parcelle », a-t-il déclaré lors du lancement du portail. Avant d’ajouter que le souci du gouvernement était de sécuriser tout ce qui concerne le foncier.

Plusieurs mois durant, des enquêteurs ont sillonné la capitale pour recenser les différentes parcelles. La première phase du projet couvre principalement le District de Bamako et le cercle de Kati, où la situation foncière est particulièrement préoccupante.  Un numéro d’identification unique a été attribué à toutes les parcelles recensées. Ce dernier va assurer une bonne traçabilité et une réelle transparence dans la gestion foncière.

Sécurisation « Nous voulons rendre plus accessibles et plus intelligibles les règles d’identification et d’exploitation des données, en les organisant de manière cohérente et suivant un plan géographique. Il ne peut exister au même moment deux Ninacad identiques sur le même territoire. L’unicité du Ninacad possède un caractère spatial », explique le Colonel Checkiné Mamadou Dieffaga, Secrétaire permanent de la réforme domaniale et foncière, dont la structure a porté le projet. En clair, une parcelle déjà enregistrée dans le Ninacad ne peut l’être une deuxième fois. « Nous avions des situations où le maire attribuait une parcelle, le préfet en faisait autant et souvent même le chef de village. Nous n’aurions jamais pu en finir avec tous les problèmes que cela engendrait. Mais désormais, si le maire attribue une parcelle, les autres seront dans l’incapacité de réattribuer la même parcelle à une autre personne », assure l’un des experts qui a travaillé sur le projet.

Éviter les mauvaises surprises

A travers ce portail, il sera possible pour les citoyens maliens ou toute autre personne de consulter de façon permanente sur Internet les parcelles de terrain. Avant donc d’effectuer tout achat, ils pourront en un clic procéder à des vérifications. Pour les parcelles sur lesquelles existe un litige foncier, une mention spéciale sera faite sur le portail. Elle sera réactualisée une fois le litige tranché.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut