Sport › Football

Le Mali remporte la CAN-U20

Une nouvelle fois sur le toit de l’Afrique. Après deux trophées de champion d’Afrique U-17 (2015,2017), le Mali s’est offert le premier de son histoire en junior. Les Aiglons sont venus à bout du Sénégal au terme d’une rencontre qui s’est décidée aux tirs aux buts.

Face à une équipe qui les avait battus en match de poule, les joueurs de Mamoutou Kané ‘’Mourlé sont bien entrés dans le match. En pressant bien et en mettant beaucoup d’impact, le Mali a longtemps empêché les Lionceaux du Sénégal de développer leur jeu. Très appliqué à la récupération, et porté offensivement par le talent d’El Bilal Touré et d’Hadj Dramé, les Aiglons vont ouvrir le score juste après le premier quart d’heure. A la 16ème minute, à la suite d’un centre, Boubacar Traoré contrôle bien le ballon, crochète tout en lucidité avant de marquer. Les Sénégalais, pourtant si brillants jusque-là dans la compétition ont eu toutes les peines du monde à se créer des occasions durant la première mi-temps.

En seconde période, les U20 Maliens, toujours plus entreprenants auraient pu marquer un deuxième but, et tuer les rares velléités de révolte sénégalaise. Il n’en a rien été. Les Aiglons ont vendangé. L’excellent El Bilal Touré butant sur le gardien sénégalais, bien sorti dans ses pieds, ou encore Boubacar Traoré voyant sa belle frappe tendue passée près des buts sénégalais. A force, le Mali a fini par se faire punir. Boosté par leurs nouveaux entrants, le Sénégal est revenu dans la partie. D’un retourné Amadou Dia Ndiaye a remis les deux équipes à égalité, après une frappe d’un de ses coéquipiers détourné par le gardien malien.

Mis en confiance par ce but et face à une équipe malienne lessivée par la débauche d’énergie, le Sénégal pousse pour passer devant au score. Mais les incursions sénégalaises sont repoussées par une belle défense malienne, qui résiste en dépit de la fatigue et qui tient bon jusqu’aux tirs aux buts. Trois des cinq tireurs sénégalais manquent leur tentative, envoyant le Mali sur trôner sur l’Afrique. Une belle victoire et une belle revanche pour le Mali et son entraineur. Critiqué pour avoir laissé sur le quai Abdoul Salam Ag Jiddou, un des plus grands talents, et pour son jeu, Mourlé est tout de même allé au bout de ses idées. Préférant pragmatisme et efficacité à un jeu léché et spectaculaire. En chiffres, le Mali a encaissé quatre buts et en marqué autant dans cette compétition. A « l’italienne ».

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut