› Culture

FESPACO : Sept films maliens pour le Cinquantenaire

Une séquence de la série ''La langue et les dents'' du réalisateur Boubacar Sidibé, sélectionné au FESPACO

Du 24 février au 1er mars se tiendra la 26ème édition du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO). Pour les cinquante ans de l’évènement, sept productions représenteront le Mali à la grand-messe du cinéma africain.

Le voir sélectionné pour l’Étalon d’or de Yennega est déjà un accomplissement. Le film « Barkomo » (la grotte) des réalisateurs maliens Aboubacar Draba et Bocari Ombotimbé retrace la création du village de Barkomo. Pour mener à bien leur projet, les deux jeunes cinéastes n’ont pu compter que sur leur… génie. Munis de deux caméras et épaulés par des acteurs bénévoles, Draba et Ombotimbé, portés par leur passion pour le cinéma, se sont tout de même lancés dans l’aventure. Une œuvre expérimentale, en somme, mais dont l’originalité et le message ont séduit le FESPACO. En compétition avec 19 autres longs métrages pour le prestigieux Étalon d’or, Barkomo fera notamment face à la concurrence de « Rafiki », premier film kenyan sélectionné au Festival de Cannes. Pas de quoi effrayer pour autant. « Le Mali n’est pas un pays quelconque au FESPACO. Jusqu’en 2013, nous étions le seul à remporté trois Étalons d’or (deux pour Souleymane Cissé et un pour Cheick Oumar Sissoko). Nous y croyons donc », rappelle Seydou Koné, chef du département scénario, création et développement au Centre national de la cinématographie du Mali (CNCM). « Une œuvre peut ne pas être primée, mais cela ne veut pas dire qu’elle n’est pas bonne. Le jury se base sur un certain nombres de critères pour faire son choix », explique Koné, pour qui voir des œuvres de jeunes cinéastes représenter le Mali est déjà une fierté. « La relève est assurée », se réjouit-il.

La langue et les dents

Le Mali concourt également dans la catégorie Séries avec l’une des dernières productions du très prolifique Boubacar Sidibé. Celui à qui l’on doit déjà « Les aventures de Seko », « Bajènè », « Dou : la famille » ou encore « Les Rois de Ségou » représentera le pays avec « La langue et les dents », une nouvelle fiction sur la réconciliation nationale. L’auteur affirme vouloir à travers cette série « donner à réfléchir sur des aspects de la société malienne et montrer que le peuple malien est pacifique et n’a qu’une seule aspiration : la paix et la cohésion sociale ».

 

 

 

Productions maliennes au FESPACO

Fiction Long métrage

Barkomo ou la Grotte (Aboubacar Draba & Boukary Ombotimbé)

Fiction court métrage

Oumou, un destin arraché (Gaoussou Tangara)

Documentaire Long métrage

Dawa, l’appel à Dieu (Malick Konaté)

Jamu Duman (Salif Traoré)

Films d’animation

Village apaisé (Issouf Bah)

Séries télévisuelles

La Langue et les dents (Boubacar Sidibé)

Films mobiles

Le cireur d’à côté (Fatoumata Thiaw Coulibaly)

 

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut