› Société

Réfugiés maliens : En quête d’un retour

La crise sécuritaire qui secoue le Mali depuis  2012 a occasionné de nombreux déplacements de Maliens vers l’extérieur, notamment les pays limitrophes, pour fuir les exactions commises dans des localités au Nord et au Centre du pays. 7 ans après, la situation a évolué, mais le nombre de réfugiés maliens vivant encore loin du territoire national ne cesse de croître.

138 510. C’était le nombre total de réfugiés maliens vivant dans les trois principaux pays d’accueil que sont le Niger, le Burkina Faso et la Mauritanie, à la date du 31 mars 2019, selon les chiffres du Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (HCR) et du gouvernement malien. Parmi ceux-ci, 58 348 vivent en Mauritanie, 55 496 au Niger et 24 666 au Burkina Faso.

En Mauritanie, où le nombre de réfugiés maliens est le plus élevé, ces déplacés résident essentiellement dans le camp de Mbera et les villes de Bassikounou et Fassala.

Au Burkina Faso, selon les statistiques du HCR au 31 mars 2019, sur les 24 666 réfugiés maliens dans le pays, 53% d’hommes et 47% de femmes, 14 720 vivent dans deux camps, tandis que 9 416 sont dans des villages des provinces de l’Oudalan et du Soum et seulement 530 en zone urbaine, à Ouagadougou et à Bobo Dioulasso.

Rapatriement volontaire

Le gouvernement du Mali, en partenariat avec le HCR, mène des actions  pour le retour au bercail des citoyens maliens qui ont trouvé refuge à l’extérieur du pays.

« Des commissions tripartites sont mises en place entre le Mali, le HCR et les principaux pays d’asile, le Niger, le Burkina Faso et la Mauritanie, pour faciliter le retour des réfugiés maliens au pays. Beaucoup d’actions menées dans ce sens ont permis d’avoir des résultats tangibles », indique Halidou Sidibé, Conseiller technique au ministère de la Solidarité et de l’action humanitaire.

Les réunions de ces commissions, qui sont des cadres de suivi, d’exécution et de planification sur le rapatriement volontaire des réfugiés maliens, se tiennent tous les trois mois, de façon tournante, entre le Mali et le pays d’accueil concerné.

Pour le cas spécifique du Niger, dont la 12ème réunion de la commission tripartite Niger – Mali – HCR s’est tenue le 11 avril dernier à Niamey, 4 587 réfugiés maliens ont pu bénéficier, de juin 2018 au 31 mars 2019, de la facilitation au retour et 5 366 autres ont manifesté leur désir de retourner au pays, selon Idder Adamou, Secrétaire général du ministère de l’Intérieur, de la sécurité publique, de la décentralisation et des affaires coutumières et religieuses du Niger.

À en croire les chiffres du gouvernement du Mali, le nombre de rapatriés maliens en provenance des trois pays s’élevait à 71 420 à la date du 28 février 2019. D’autres processus de rapatriement sont actuellement en cours.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut