Économie › Actualités Économie

Essence : Pourquoi le prix a-t-il augmenté ?

Après plusieurs mois de tendance à la baisse du prix du litre d’essence à la pompe au Mali, ce dernier a été revu à la hausse pour le compte du mois de juin. Si les consommateurs maliens ont été pris de court par la nouvelle, les raisons de cette augmentation s’expliquent essentiellement par une hausse du prix à l’international, selon la direction de l’Office national des produits pétroliers (ONAP).

715 francs CFA le litre du super carburant et 640 francs pour le gaz oil. Ce sont les nouveaux prix à la pompe entrés en vigueur le 11 juin dernier sur toute l’étendue du territoire national. C’est donc une hausse de 5 et de 11 francs CFA respectivement sur le super carburant et le gaz oil établie lors de la dernière réunion de la Commission de suivi du mécanisme de taxation des produits pétroliers, le 10 juin 2019.

Cette réunion, qui se tient au plus tard le 10 de chaque mois à l’ONAP, a pour objectif d’ajuster les prix des hydrocarbures au Mali en fonction de l’évolution des prix internationaux, à travers un mécanisme mis en place par les partenaires techniques et financiers.

« Le principe de ce mécanisme consiste à répercuter sur les prix à la pompe les variations des prix à l’international dans une marge de 3%. C’est son application qui a conduit à une augmentation au mois de juin, parce qu’il y a eu une hausse sur le marché international », explique Mamadou Sangaré, chef de la division Statistiques et administration à l’ONAP.

Consommateurs mécontents

En attendant une éventuelle prochaine baisse, les consommateurs vivent mal cette hausse qu’ils n’ont pas vu venir.  « J’ai été vraiment surpris par cette augmentation et cela affecte mon budget carburant. J’en prends chaque jour et les 5 francs par litre étalés le long du mois reviennent à une somme conséquente au final », relève Issa Konaté, informaticien à Kalaban Coura.

« Une augmentation du carburant, même de 1 franc CFA, est toujours une mauvaise nouvelle pour nous, les consommateurs. Mais nous espérons que très bientôt nous allons assister à une nouvelle baisse », confie pour sa part Ibrahima Diallo, automobiliste.

À en croire Mamadou Sangaré, le mécanisme de fixation des prix s’applique en cas de baisse ou de hausse des prix à l’international. « Le prix au niveau national pourra être de nouveau revu à la baisse le mois prochain, en fonction de l’évolution de la situation ».

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut