International › APA

Retour au pays du 1000 ème réfugié ivoirien de l’année 2019

Pas d'image

Quelque 79 ivoiriens ayant fui les crises ivoiriennes, ont franchi mercredi soir, les frontières ivoiriennes parmi lesquels l’on compte le 1000 ème réfugié de retour de l’année 2019, pour entamer « une nouvelle vie ».La paisible  localité frontalière (coté Libéria), de B’hahi, restera gravée dans la mémoire de plusieurs ivoiriens qui avaient fui la guerre qui a mis en mal la cohésion sociale  et fragilisé la paix dans leur pays.

 Leur présence dans cette localité marque la fin de 8 ans de présence au Libéria voisin, archivée avec des documents échangés par les responsables du Haut-Commissariat des Réfugiés  (HCR) du Libéria et de la Côte d’Ivoire.

Après la traversée de la frontière via un pont métallique, le retour au pays des ancêtres symbolisé par une vieille pancarte inclinée et affichant la mention « Côte d’Ivoire » malgré son état délétère, le confirme.

Les  réfugiés composés de 19 hommes, 24 femmes et  36 mineurs de retour dans leur pays, transitent par le camp du HCR. La fatigue qui se lie sur le visage n’altère en rien leur joie de fouler le sol ivoirien.

 Sur place, dans une ambiance de reggae distillée par le disc-jockey du jour, ils passent  au lavage des mains et s’imprègnent de conseils et autres consignes des autorités préfectorales de la région et du Représentant-Résident du HCR en Côte d’Ivoire, Askia Mohamed Touré dont la structure a voulu marquer  le retour du 1000 ème réfugié de l’année 2019.

 « J’ai tenu à venir moi-même les accueillir pour montrer la détermination du HCR mais aussi des autorités ivoiriennes pour promouvoir et faciliter le rapatriement de tous les réfugiés encore dans les pays limitrophes », a indiqué à l’accueil, Askia Mohamed  Touré.

Pour ce responsable de l’institution Onusienne, « il s’agit d’un retour symbolique car la délégation comprend le 1000 ème réfugié ».

« Nous espérons que cela va avoir un effet d’entraîner les autres. Ce rapatriement se fait de manière tripartite entres les autorités ivoiriennes, libériennes et le HCR qui permet de garantir les conditions juridiques de  durabilité de retour sécurisé », a expliqué M. Touré.

Klagnon Augusti Kpahou , âgée de 32 ans ne cache pas sa  joie de retrouver la terre de ses ancêtres.  Vêtu d’un tee-shirt vert avec un foulard blanc, elle représente ce symbole qui renvoie au chiffre «1000» des opérations pilotées principalement par le HCR en 2019.

« Je me sens très bien, je suis contente. J’ai décidé de venir chez moi », a confié dame Kpahou  qui a traversé la frontière, il y a huit ans pendant qu’elle portait une grossesse.

Selon son témoignage, elle  a bénéficié de parcelles pour faire de l’agriculture, saluant  l’hospitalité libérienne et les appuis du HCR Libéria.

 « Je compte faire le commerce », envisage l’ex-habitante de Bloléquin (ouest ivoirien) .

La Journée mondiale des réfugiés est une journée internationale ayant pour but de sensibiliser à la cause des réfugiés du monde. Elle a lieu le 20 juin de chaque année. La ville de Toulepleu (ouest) a accueilli la célébration, cette année en Côte d’Ivoire.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut