› Économie

COMATEX : au bord de la faillite

Atelier de filature de la COMATEX (La Compagnie malienne de Textile) à Ségou. Machine de bobinage du coton.

La Compagnie malienne de textile (COMATEX), inaugurée en 1968 à Ségou, est la première usine de textile au Mali. Entreprise d’Etat, devenue privée par la suite, la société a marqué l’histoire du Mali. Les principaux actionnaires restent l’Etat et la société nationale chinoise COVEC. De 1994 à un passé récent, la société s’était développée et a résisté aux ajustements structurels et aux aléas de la concurrence. Mais malgré l’accompagnement de ses partenaires et actionnaires, la société tend chaque année vers la faillite. « Nous avons des contrats de performance signés avec l’Etat, et dans le texte il y a des mesures d’accompagnement  qui sont plus ou moins appliquées rigoureusement. C’est cette application qui fait défaut depuis quelques années et cela fait que nous avons de vives tensions de trésorerie. Nous sommes vraiment au bord de la faillite », alerte Issa Sangaré, directeur général adjoint de la COMATEX. En même temps que l’Etat leur doit « certaines sommes », la société a également des dettes. « D’un côté comme de l’autre ce n’est pas facile », ajoute-t-il.

La société produit du fil à tissé que les artisans utilisent pour leur travail manuel, du tissu percal, du tissu traité mais également du tissu évènementiel comme pour le 22 septembre, le 1er mai, le 8 mars etc.  « Nous nous sommes pratiquement spécialisé dans l’évènementiel parce que nous faisons face à une concurrence très forte de la part des pays asiatiques sur les tissus ordinaires. Nous étions obligés d’abandonner un segment important de notre marché », regrette le responsable de l’entreprise.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut