Politique › Sécurité & Terrorisme

Sikasso: les concertations sur la paix et la sécurité des zones frontalières se poursuivent

Boubou Cissé premier ministre1
Boubou Cissé premier ministre - Sikasso - le 15 juillet 2019 - Photo: primature

Durant trois jours, du 15 au 18 juillet 2019, Sikasso va abriter les concertations sur la paix, la sécurité et le développement dans les zones frontalières. La cérémonie de lancement des concertations a été présidée ce lundi par le chef du gouvernement Boubou Cissé. Le premier ministre a saisi cette occasion pour réaffirmer l’engagement de l’Etat malien à consolider la paix et renforcer la sécurité des personnes et des biens. La délégation gouvernementale est constituée du ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, Boubacar Alpha Bah et de celui de l’Intégration africaine, Baber Gano.

Ces concertations sont organisées par la Commission de l’UEMOA conjointement avec la Mission de l’Union africaine pour le Mali et le Sahel (MISAHEL) et la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA).

L’objectif principal visé est de mieux cerner les contours des enjeux liés à la prévention des crises et conflits, la consolidation de la paix, la lutte contre le terrorisme, l’extrémisme violent et le crime transnational organisé dans les zones frontalières.

Depuis plus d’une décennie, la région du Sahel est confrontée à une insécurité croissante et multiforme résultant de la conjugaison de plusieurs facteurs dont les contestations politiques et sociales, les rebellions récurrentes, les insurrections armées, le terrorisme et ses activités connexes, l’extrémisme violent, la criminalité transnationale organisée, les conflits intra et intercommunautaires ainsi que les catastrophes environnementales et sanitaires.

Cette situation constitue une source de grave préoccupation pour la sécurité des personnes et des biens ainsi que la stabilité des Etats de la région. Plus spécifiquement, l’espace UEMOA est affecté par cette situation, en particulier dans la zone du Liptako-Gourma, qui couvre les espaces frontaliers de trois de ses États membres, à savoir le Burkina, le Mali et le Niger.

Plusieurs personnalités prennent part depuis ce 15 juillet à cette rencontre, notamment le Représentant du Secrétaire Général des Nations Unies, Mahammat Saleh Annadif, le Haut représentant de la Mission de l’Union Africaine au Mali, Pierre Buyoya, ainsi que le Président de la Commission de l’UEMOA, Abdallah Boureima.

Source: Primature

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut