International › AFP

Ebola en RDC: aide de la Banque mondiale de 300 millions de dollars

Pas d'image

La Banque mondiale a annoncé mercredi l’octroi d’une aide pouvant aller « jusqu’à 300 millions de dollars » dans le cadre de la lutte mondiale contre l’épidémie d’Ebola qui sévit en République démocratique du Congo.

« Ensemble, nous devons prendre des mesures d’urgence pour mettre fin à l’épidémie mortelle d’Ebola qui détruit des vies et les moyens de subsistance en République démocratique du Congo », a déclaré Kristalina Georgieva, directrice générale de la Banque mondiale, citée dans le communiqué.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a élevé l’épidémie actuelle au rang d' »urgence de santé publique de portée internationale ».

« Nous avons un besoin urgent de plus de soutien et de ressources de la part de la communauté internationale pour éviter que cette crise ne s’aggrave à l’intérieur du pays et ne se propage au-delà des frontières », a souligné Mme Georgieva.

Selon le dernier bulletin diffusé lundi par les autorités du pays, « le cumul des cas est de 2.592, dont 2.498 confirmés et 94 probables. Au total, il y a eu 1.743 décès (1.649 confirmés et 94 probables) et 729 personnes guéries », depuis août 2018.

Le ministre congolais de la Santé, le Dr Oly Ilunga, a démissionné lundi de ses fonctions, s’estimant désavoué par la décision du président Félix Tshisekedi de prendre le contrôle de la riposte contre l’épidémie d’Ebola.

Les 300 millions de dollars de financement de la Banque mondiale annoncés mercredi s’ajoutent aux 100 millions de dollars déjà versés par l’institution via son mécanisme d’aide d’urgence en cas de pandémie.

Le nouveau financement « montre que nous sommes vraiment préoccupés par la nécessité d’intensifier la riposte car la pandémie ne montre aucun signe d’affaiblissement à ce stade », a déclaré à l’AFP Annette Dixon, vice-présidente de la Banque mondiale chargée des programmes de santé.

« Alors que le pays a fait ses preuves en mettant rapidement un terme aux précédentes pandémies d’Ebola, l’épidémie actuelle est concentrée dans une région extrêmement pauvre du pays confrontée à de nombreux autres problèmes, notamment le manque de sécurité », a-t-elle ajouté.

Mme Dixon a également exhorté à reconnaître que « ces communautés ont besoin d’un soutien avant et après Ebola » d’autant que celles-ci sont également confrontées aux épidémies de choléra, de rougeole et de paludisme.

La « maladie à virus Ebola » (auparavant nommée « fièvre hémorragique à virus Ebola ») tient son nom de la rivière Ebola, située dans le nord de la République démocratique du Congo (RDC, à l’époque Zaïre) où le virus a été repéré pour la première fois en 1976.

L’épidémie, qui frappe actuellement la RDC et qui dure depuis août 2018, est la plus grave de l’histoire de la maladie depuis celle ayant touché l’Afrique de l’Ouest entre fin 2013 et 2016.

Lors d’une épidémie, Ebola se transmet entre humains par contacts directs. Une personne saine est contaminée par les « fluides corporels » d’une personne malade: sang, vomissures, matières fécales…

Contrairement à la grippe, ce virus ne peut pas se transmettre par voie aérienne. Aussi Ebola est-il moins contagieux que de nombreuses autres maladies virales.

Mais ce virus est redoutable en raison de son « taux de létalité » très élevé: il tue en moyenne environ la moitié des personnes qu’il atteint, selon l’OMS.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut