International › APA

Côte d’Ivoire: 61,7% des filles ont déjà pratiqué un avortement provoqué (Enquête)

Pas d'image

Environ 61,7% des filles ont déjà pratiqué un avortement provoqué en Côte d’Ivoire selon la dernière enquête de Procréation médicalement assistée (PMA), a indiqué jeudi à Abidjan, Namizata Sangaré, la présidente du Conseil national des droits de l’homme (CNDH).« Il y a 18% de mortalité maternelle liée à l’avortement en Côte d’Ivoire selon la dernière enquête de PMA réalisée en 2018.  Selon cette même enquête,  61,7% des filles ont déjà pratiqué l’avortement en Côte d’Ivoire », a fait savoir Mme Sangaré qui s’exprimait à la faveur d’un atelier d’information et de sensibilisation des acteurs de la société civile sur la problématique de l’accès aux soins complets d’avortement en Côte d’Ivoire. 

Justifiant le bien-fondé de cette rencontre initiée par son institution de concert avec son partenaire américain « Engender Health», Mme Sangaré a soutenu qu’il s’agit de sensibiliser non seulement les personnes qui s’adonnent à l’avortement clandestin, mais aussi les autorités sanitaires ivoiriennes  à ne pas hésiter à sauver les vies de celles dont la vie est menacée par une grossesse.

« Cet atelier permettra d’explorer la législation restrictive en la matière, d’informer les participants sur les engagements pris par la Côte d’Ivoire en matière de santé sexuelle et reproductive et de les sensibiliser davantage à cette thématique »,  a-t-elle souligné estimant que « la problématique de l’avortement est un problème de droits de l’homme ». 

Poursuivant, Mme Sangaré a affirmé qu’au terme de cet atelier, «nous allons faire des recommandations aux autorités afin qu’elles prennent un texte pour encadrer l’avortement assisté et médicalisé». 

Plusieurs organisations de la société civile ivoirienne participent à cette rencontre qui sera meublée par trois communications d’experts dont celle portant sur les engagements pris par la Côte d’Ivoire en matière de santé sexuelle et reproductive.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut