International › Afrique

Soudan: Retard dans l’annonce du premier gouvernement après Béchir

TOPSHOT - Sudan's protest leader Ahmad Rabie (C) and General Mohamed Hamdan Daglo "Hemeti" (R), deputy chief of the ruling Transitional Military Council (TMC) and commander of the Rapid Support Forces (RSF), sign documents during a ceremony to sign a "constitutional declaration" that paves the way for a Sudanese transition to civilian rule, in the capital Khartoum on August 17, 2019, accompanied by Ethiopian Prime Minister Abiy Ahmed (L). The agreement was signed by Mohamed Hamdan Daglo, deputy chief of the military council, and Ahmed al-Rabie, representing the Alliance for Freedom and Change protest umbrella group, an AFP reporter said. Heads of state, prime ministers and dignitaries from several countries attended the ceremony in Khartoum. / AFP / Ebrahim HAMID

Pourtant, l’on s’attendait ce mercredi 28 août 2019 à l’annonce de la composition du nouveau gouvernement appelé à redresser une économie exsangue et à mettre fin aux conflits internes, après des mois d’une contestation inédite qui a fait tomber le président Omar el-Béchir.

Mais, le Premier ministre soudanais Abdallah Hamdok en a décidé autrement. Il a retardé l’annonce du premier gouvernement afin de pouvoir poursuivre les consultations sur le choix de ses ministres, peut-on lire chez nos confrères de voaafrique.

Investi le 21 août, le Premier ministre Abdallah Hamdok doit nommer les membres de son cabinet, parmi les noms proposés par les Forces pour la liberté et le changement (FLC), fer de lance du mouvement de contestation.

Il a d’ailleurs dit avoir « reçu mardi 27 août 2019 les noms des candidats proposés par les FLC »en précisant avoir 49 propositions pour 14 ministères, avant d’ajouter qu’il s’attacherait à « une représentation juste des femmes ».

Selon le calendrier de l’accord historique signé le 17 août 2019 sur la transition au Soudan après trois décennies de pouvoir militaire, la composition du gouvernement doit être annoncée ce mercredi.

Le gouvernement devrait être composé au maximum de 20 membres, choisis par M. Hamdok à l’exception des ministres de l’Intérieur et de la Défense, qui seront nommés par les militaires siégeant au Conseil souverain. A noter que la première réunion gouvernement-Conseil est prévue le 1er septembre prochain.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut