International › APA

Politique et société au menu des quotidiens burkinabè

Les quotidiens burkinabè de ce lundi présentent des menus variés avec une dominance des sujets relatifs aux faits de société et surtout à l’actualité politique.L’Express du Faso, quotidien privé édité à Bobo-Dioulasso (2e capitale du Burkina Faso), consacre sa rubrique « Autant le dire » à la politique, sous le titre: «Ces hommes politiques ne sont pas dignes».

«Mouvement Agir ensemble pour le Burkina Faso : le nouveau parti politique pour accompagner KDO (Kadré désiré Ouédraogo, Ndlr) à Kosyam (présidence du Faso)», arbore, de son côté, le quotidien privé Le Pays.

Le journal rapporte que trois principales entités se sont retrouvées le samedi 7 septembre dernier pour «sceller une alliance politique dont l’objectif est d’accompagner Kadré Désiré Ouédraogo au palais présidentiel en 2020».

Dans son commentaire « Ligne de force », Le Pays parle de la «méthode Kadré…en marche», avant de faire remarquer qu’«il y aura fatalement du piquant à l’occasion de la prochaine échéance électorale».

Pour sa part, L’Observateur Paalga, le doyen des quotidiens privés du Burkina Faso, se pose cette question : «Mouvement Agir ensemble : Cheval de Troie pour porter KDO à Kosyam ?».

Le même journal revient sur un cas d’intoxication ayant occasionné, en l’espace de trois jours, 13 décès, tous membres d’une famille, dans le village de Lapio, commune rurale de Didyr, région du Centre-Ouest du Burkina Faso.

Quant au quotidien national Sidwaya, il évoque un fait social dans la capitale burkinabè, sous ce titre : «Prostitution à Ouagadougou : Ces +tanties choco+ qui ravissent la vedette aux jeunes filles».

Selon Sidwaya, jadis considérée comme une affaire de jeunes filles, la prostitution est en phase de changer de visage.

«Dans la ville de Ouagadougou, ce sont des femmes, mères de plusieurs enfants et affectueusement appelées +tanties choco+ qui sont devenues les cibles privilégiées des hommes», relate le confrère.  

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut