International › APA

L’assèchement des lacs menace l’économie du Malawi

Les problèmes de transport maritime causés par l’assèchement des ports lacustres dans un Malawi enclavé ont longtemps alerté les économistes et les environnementalistes, mais ont échappé à l’attention des autorités pendant des années.Aujourd’hui, les autorités du Malawi se sont soudainement rendu compte que leurs préoccupations ne se limitaient pas à crier au loup.

L’assèchement des ports lacustres du Malawi dans les régions du centre et du nord du pays menace l’avenir du transport martine du pays, a déclaré mardi le ministre des Transports, Ralph Jooma.

Selon le ministre, l’assèchement des ports de Chipoka et de Chilumba dans le district central de Salima et dans le district nord de Karonga intervient à un moment où le gouvernement a l’intention de déplacer sa dépendance excessive vis-à-vis du transport routier vers le transport maritime et ferroviaire, comme prévu dans le Plan directeur national des transports du pays.

M. Jooma a déclaré que son gouvernement s’efforce de trouver des moyens de relancer les deux ports. Les deux ports sont d’une importance cruciale pour le secteur des transports du pays car, ils sont stratégiquement positionnés pour recevoir les cargaisons des navires empruntant le lac de 450 km de long partagé avec la Tanzanie et le Mozambique.

« Grâce au plan directeur, nous nous engagerons dans des projets importants qui feront revivre nos ports. En ce moment, nous mobilisons des ressources pour relancer les deux ports afin que nous puissions recommencer à les utiliser », a déclaré le ministre.

Selon le rapport économique annuel 2019 du gouvernement du Malawi publié la semaine dernière, le sous-secteur du transport maritime a continué à enregistrer des résultats inférieurs aux attentes pendant de nombreuses années malgré son potentiel de contribution à la croissance économique.

Le rapport indique que les défis qui contribuent à la mauvaise performance du sous-secteur comprennent le changement climatique, le manque de personnel et de financement et l’application inadéquate de la loi.

Le Plan directeur national des transports de 9,5 milliards de dollars à mettre en œuvre entre 2017 et 2037 couvre tous les sous-secteurs des transports.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut