International › APA

Athlétisme : Nairobi nie les allégations de dopage avant les Mondiaux de Doha

La Fédération kenyane d’athlétisme (AK, sigle anglais) a démenti les propos de médias allemands selon lesquels deux athlètes kenyans auraient pris de l’érythropoïétine, connue sous le nom d’EPO, qui améliore les performances, avant les Championnats du monde prévus le 27 septembre à Doha (Qatar).Dans des images secrètes, la télévision allemande ZDF affirme avoir filmé un médecin administrant l’EPO à deux athlètes kenyans.

Le journaliste secret de la ZDF, Markus Harm a affirmé que des responsables peu scrupuleux d’AK collaboraient avec l’Agence antidopage du Kenya (ADAK) pour dissimuler les résultats des tests de dopage effectués sur les athlètes kenyans.

Le dopage sanguin, en utilisant de l’EPO, est une méthode illicite pour améliorer les performances sportives en augmentant artificiellement la capacité du sang à apporter plus d’oxygène aux muscles.

Cependant, AK a réfuté les accusations, affirmant que tous les athlètes sélectionnés pour les Championnats du monde remplissaient toutes les conditions et certifiaient tous les résultats transmis par l’ADAK, l’organe chargé de réaliser tous les tests.

« Athletics Kenya n’a connaissance d’aucun athlète à qui on aurait injecté de l’EPO ou toute autre substance. Nous demandons à M. Harm de nous fournir toutes les preuves de ses allégations, affirmant avoir été témoin du fait que le docteur administrait l’EPO, pour nous permettre de prendre des mesures », a déclaré AK dans un communiqué publié mardi à Nairobi.

« A notre connaissance, aucune preuve ni information de ce type n’a été fournie à l’unité d’intégrité du sport ou à toute autre autorité compétente. Nous sommes fermement convaincus que toute entreprise de presse ou personnalité responsable des médias disposant de telles informations a l’obligation de signaler de tels cas et de contribuer de toutes les manières possibles à la lutte contre le dopage », a ajouté AK.

AK a également démenti les informations selon lesquelles les médias couvriraient des tests de dopage positifs pour les athlètes et altéreraient les résultats des tests, les qualifiant de « ridicules pour le moins, et apparemment faites par quelqu’un qui, manifestement, ne comprend rien à la situation actuelle au Kenya ».

AK a souligné que tout athlète ayant participé au dopage serait banni à vie et ne représenterait plus le pays dans aucune compétition.

« Lors de la sélection de l’équipe pour le Championnat du monde à Doha, Athletics Kenya n’a sélectionné aucun athlète qui ne respecte pas les conditions de l’IAAF en matière de dopage », note le communiqué.

Les athlètes kenyans, et en particulier ceux originaires de la tribu des Kalenjin dans la vallée du Rift, dominent la course internationale de moyenne et longue distances depuis plus de 40 ans, suscitant un vif intérêt pour les facteurs qui ont contribué à leur succès.

Douze athlètes de l’élite kenyane ont été suspendus ou bannis cette année pour infraction aux règles en matière de dopage.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut