International › APA

Lancement au Sénégal d’un projet d’adaptation agricole pour la nutrition

L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et le ministère de l’Agriculture et de l’Equipement rural (MAER) ont officiellement lancé, jeudi à Dakar, un projet de renforcement des capacités de planification de l’adaptation pour la sécurité alimentaire et la nutrition intitulé « Sécurité Alimentaire: une Agriculture Adaptée (SAGA-Sénégal) », a appris APA auprès de la représentation nationale de la FAO.L’objectif principal de ce projet financé par le gouvernement du Québec et qui intervient dans deux pays francophones, Haïti et le Sénégal, est de renforcer la résilience des secteurs agricoles face au changement climatique pour la sécurité alimentaire et la nutrition, explique une note du bureau national de la FAO au Sénégal.

« Les effets du changement climatique sur la sécurité alimentaire et la nutrition constituent l’un des grands défis que l’humanité aura à affronter au cours des prochaines décennies. L’Agenda 2030, l’Accord de Paris, et la Deuxième Conférence Internationale sur la nutrition (ICN2) appellent à une transformation profonde de nos systèmes alimentaires et de nos moyens d’intervention. Une approche holistique est nécessaire pour ne plus considérer séparément l’alimentation, les moyens de subsistance et la gestion des ressources naturelles », explique la Fao.

Selon Coumba Sow Dieng, Cheffe de l’équipe résilience en Afrique de l’Ouest de la Fao, le dernier rapport sur l’état de la sécurité alimentaire et de la nutrition dans le monde révèle qu’aujourd’hui encore plus de 820 millions de personnes souffrent toujours de la faim, et on estime que plus de 2 milliards de personnes ne disposent pas d’un accès régulier à des aliments sains et nutritifs en quantité suffisante.

« Cette situation est aggravée par le changement climatique qui impacte entre autres, les multiples fardeaux de la malnutrition, par ses effets sur la sécurité alimentaire, l’hygiène publique, l’approvisionnement et la qualité de l’eau, et la sécurité sanitaire des aliments. Les populations dépendant des ressources naturelles, ainsi que les femmes et les jeunes plus vulnérables sont et seront les plus touché(e)s par ce fléau mondial », a-t-elle dit.

Lançant officielle ledit projet au nom du ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural, Mamadou Saliou Sow, Secrétaire d’Etat auprès du ministre de la Justice, chargé des Droits humains et de la Bonne gouvernance, a affirmé que le Projet SAGA-Sénégal offre une belle opportunité de renforcer les capacités de planification de l’adaptation aux effets du changement climatique et de favoriser un échange d’expériences, fondé sur une réflexion novatrice de coopération entre le Sénégal et Haïti sur le renforcement des capacités de planification de l’adaptation dans les secteurs agricoles.

 « Au regard des énormes potentialités de notre pays, les initiatives et les politiques de développement agricoles sont toutes initiées pour faire face aux défis alimentaires, environnementaux et énergétiques afin de trouver des voies pour sortir de l’insécurité alimentaire et de la malnutrition. Cependant, malgré ces stratégies et politiques d’adaptation déjà en place, le secteur agricole sénégalais reste très vulnérable au changement climatique », a dit le ministre Sow dans son discours dont APA a obtenu une copie.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut