International › APA

L’ONU salue la décision du Botswana de fournir gratuitement des ARV aux migrants

L’ONUSIDA a salué la décision du Botswana d’étendre le traitement gratuit du VIH aux résidents étrangers dans le cadre d’un changement de politique majeur qui comble une lacune importante dans la réponse du pays à l’épidémie.

« Je félicite le Botswana d’avoir étendu la gratuité des traitements aux résidents étrangers vivant avec le VIH », a déclaré jeudi la Directrice exécutive de l’ONUSIDA, Gunilla Carlsson dans un communiqué, estimant que cette décision est « un autre exemple du leadership du Botswana et de sa détermination à ne laisser personne de côté dans la réponse au VIH ».

Selon Mme Carlsson, le ministère de la Santé et du bien-être du Botswana a étroitement collaboré avec l’ONUSIDA, le Plan d’urgence du Président des États-Unis pour la lutte contre le sida, l’Organisation internationale pour les migrations, d’autres organismes des Nations Unies et d’autres partenaires de développement pour élaborer cette nouvelle politique.

En vertu de cette politique, le gouvernement du Botswana publiera une directive spéciale pour permettre aux établissements de santé de fournir des traitements à toutes les personnes vivant avec le VIH qui résident dans le pays.

On estime à 30.000 le nombre de résidents étrangers vivant avec le VIH au Botswana, mais moins d’un quart d’entre eux ont actuellement accès à un traitement.

De nombreux résidents étrangers n’ont pas les moyens d’acheter des médicaments ou de rentrer chez eux pour obtenir une aide médicale.

Le Botswana a le troisième taux de prévalence du VIH le plus élevé au monde, où plus d’un adulte de 15-49 ans sur cinq vit avec le virus.

En 2016, le pays a adopté une stratégie de traitement universel en offrant un traitement gratuit à tous ses citoyens vivant avec le VIH, une mesure qui a donné des résultats significatifs.

Les décès liés au Sida ont diminué d’un tiers, les nouvelles infections à VIH ayant diminué de 36% au cours des dernières années.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut