Société › Éducation

Afrique de l’ouest et centrale: Plus de 2 millions d’enfants privés d’éducation

Alors que la rentrée scolaire est effective dans la plupart des pays d’Afrique de l’Ouest et du Centre, le retour en classe des élèves suscite de vives inquiétudes, du fait des tensions sécuritaires ainsi que des crises humanitaires persistantes dans 9 pays de la région. 

Les Organisation non gouvernementales notent une intensification des menaces et attaques contre les élèves, les écoles, les enseignants notamment au Cameroun, au Burkina Faso, au Mali au Nigéria qui sont les 4 pays les plus affectés. Plus de 12 millions d’enfants ont besoin d’assistance humanitaire et plus de 2 millions d’entre eux sont privés d’éducation suite à la fermeture de leurs écoles.

Les problèmes sécuritaires viennent s’ajouter à des problèmes structurels du système éducatif qui est caractérisé par un manque d’enseignants qualifiés, des salles de classes surchargées, une insuffisance d’infrastructures sanitaires, de matériel didactique ainsi qu’un manque de capacité pour répondre aux besoins psychosociaux des enfants. Ces défis sont exacerbés dans des situations de crises, et entraînent des résultats d’apprentissage alarmants, avec par exemple seulement 50% d’enfants complétant leur cycle primaire au Mali.

De la fin juin 2017 à juin 2019, le nombre d’établissements scolaires contraints de fermer en raison de l’insécurité croissante a été multiplié par trois dans la région. 

On dénombre plus de 9 200 écoles fermées au Burkina Faso, Cameroun, Mali, Niger, Nigéria, République centrafricaine, République démocratique du Congo et au Tchad, privant plus de 2 millions d’enfants d’une éducation.

De janvier à juin 2019, 1 million d’enfants ont bénéficié d’un appui pour l’éducation en situation d’urgence à travers 9 pays de la région. 

Les gouvernements de la RDC, du Nigeria, du Mali, du Burkina Faso et du Niger, ont déjà signé la déclaration sur la sécurité dans les écoles et universités. On peut noter des efforts importants entamés par les gouvernements de ces pays pour garantir la continuité de l’éducation malgré le contexte sécuritaire particulièrement difficile.

Source: Save the Children

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut