Société › Sciences & Technologies

Denko Kunafoni : Le suivi des femmes enceintes à distance

Quand on parle de Technologies de l’information et de la communication, on pense innovations technologiques. Au Mali, des jeunes se sont lancés dans ce laboratoire de créativité pour participer au développement du pays et répondre aux préoccupations sociales. C’est ainsi que Fatoumata Bocoum a lancé Denko Kunafoni, une application dédiée au suivi des femmes enceintes.

Accessible depuis juillet 2018 sur la toile, Denko Kunafoni se positionne comme un relais pour les femmes enceintes, son ambition étant de s’étendre sur le continent. Récompensée pour son engagement dans le domaine de la santé, Fatoumata a gagné le 1er prix Coup de cœur de l’entrepreneur social Orange avec 7 000 voix en 2019.

Denko Kunafoni sensibilise les femmes enceintes sur les comportements à adopter pour leur santé et celle de leurs bébés. Des messages en langues locales permettent d’atteindre plus de personnes. Il s’agit par exemple de leur rappeler leurs rendez-vous à l’hôpital jusqu’à l’accouchement et les dates de vaccination des nourrissons jusqu’à l’âge de deux ans. Les utilisatrices peuvent aussi poser des questions sur leur état de santé via la plateforme, grâce à un compte utilisateur. Des inquiétudes redirigées vers des spécialistes et qui trouvent des réponses après une consultation à distance préconisant des gestes simples ou recommandant un rendez-vous dans un hôpital.

Denko Kunafoni, comment ça marche ? Les femmes n’ont pas besoin de connexion internet pour avoir accès à la plateforme, les services d’appel et SMS étant disponibles en français et en langues locales. Celles qui ont accès à internet peuvent obtenir une page pour leur famille et un suivi permanent via un lien. Pour les femmes qui ne savent ni lire, ni écrire, des agents seront déployés dans des centres de santé pour l’enrôlement. Près de 400 femmes enceintes ont déjà bénéficié des services de l’application. L’autre volet, en cours d’élaboration, va concerner les hommes.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut