› Économie

Assurances: Trois questions à Bikiry Makanguilé

Le secteur des assurances est en plein essor sur le continent et le Mali n’en est pas en reste. Il reste cependant l’un des secteurs peu compris par le grand public quand on parle du secteur financier. Au micro de Fatouma Maguiraga, Bikiry Mankanguilé, DG de SAHAM Assurance et vice-président du Comité des assurances s’est prêté au jeu des trois questions de la rédaction dans un secteur qu’il maîtrise bien. 

Quels peuvent être les avantages de la recapitalisation ?

Le premier avantage est le renforcement des capitaux propres, qui donne aux compagnies une solidité financière leur permettant de faire face plus facilement aux engagements. Une surface financière plus importante pour couvrir des risques plus importants, une diminution de la réassurance (qui est aussi négociée en fonction des capacités de la société) et une rétention des primes au niveau national pour jouer un rôle d’institution de financement.

Les regroupements souhaités n’ont pas eu lieu…

En augmentant le capital, on espérait que les petites compagnies allaient disparaître et aboutir à des grands groupes, mais cela n’a pas été le cas. On se retrouve avec plein de petites compagnies avec un capital de 3 milliards et un chiffre d’affaires de moins de 3 milliards, ce qui n’est pas logique.

Cela n’a pas été le cas parce qu’à raison ou à tort on a augmenté le capital. Ceux qui n’ont pas pu le faire vont certainement aboutir au retrait d’agrément et céder leurs portefeuilles à des repreneurs. Espérons qu’avant la deuxième phase le regroupement recherché produira ses effets.

Quels sont les défis du secteur au Mali ?

La taille du marché est petite au regard du nombre de compagnies et incapable de rentabiliser les fonds qui ont été mobilisés pour exercer avec une douzaine de sociétés avec chacune 3 milliards, quand tout le marché fait environ 48 milliards de chiffre d’affaires. Pour résoudre cela il faut travailler sur un des freins, la fiscalité.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut