› Politique

Inclusion des femmes: trois questions au Dr Marie-Thérèse Dansoko

Dr Marie-Thérèse Dansoko, point focal Genre du ministère de la Justice et des droits de l’Homme répond aux trois questions de la rédaction sur inclusion des femmes dans différents domaines au Mali.

Quel regard portez-vous sur l’inclusion des femmes au Mali ?

D’une manière générale, l’inclusion des femmes dans différents domaines laisse toujours à désirer. Quand on regarde la situation au Mali, surtout les rôles que jouent les femmes, on remarque qu’elles ne sont pas assez représentées. La mentalité de la population concernant les responsabilités que les femmes peuvent occuper leur est encore défavorable. Nous avons la loi 052, qui est un outil que les politiques peuvent utiliser pour qu’il y ait plus de femmes dans les instances de décision, même si c’est vrai que nous ne pouvons pas être à égalité avec les hommes.

Qu’est-ce qui explique le retard du Mali en matière d’inclusion féminine ?

Pour moi, ce retard est d’abord dû aux Maliens. Le gouvernement est là pour mener sa politique de bonne gouvernance, mais c’est l’applicabilité de certaines initiatives qui pose problème, parce que la mise en œuvre se fait avec la population. Si cette dernière n’est pas prête, les choses ne pourront pas bouger.

Comment rectifier le tir ?

Au-delà du changement global de mentalités qui s’impose, il faut avoir des politiques favorables à la promotion des femmes. C’est vrai qu’il y a déjà beaucoup d’initiatives dans ce sens, mais il en faut encore plus. Aujourd’hui, les textes sont là, mais il faut les améliorer. Les femmes elles-mêmes doivent également accepter de travailler et éviter les solutions de facilité afin de mériter leurs places.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut