Politique › Sécurité & Terrorisme

Mission des Nations Unies au Mali : Un dernier trimestre mouvementé

La MINUSMA a animé ce jeudi 14 novembre son point de presse régulier dans ses quartiers. Il s’agissait pour la force onusienne  de faire l’état des activités d’octobre à ce jour. Violence communautaire, appui aux institutions, gouvernance et dialogue inter-communautaire, droits de l’homme, opérations militaires ou activité de la police de la MINUSMA, rien n’a été occulté.

1, 250 milliard de Francs CFA. C’est la nouvelle contribution de l’Allemagne au Fonds fiduciaire. C’est l’information phare de ce rendez-vous avec la presse. La somme est destinée aux travaux de réhabilitation de la piste de Kidal. Elle servira également à soutenir deux brigades de gendarmerie à Mougna et Somadougou dans le cercle de Mopti, le peloton d’intervention et de surveillance de la gendarmerie à Gao. Une partie du fond sera injectée dans un mouvement citoyen  pour la consolidation de la paix et le leadership politique des femmes au Nord et au Centre du Mali.

Ce point de presse était également l’occasion de faire le bilan des violences communautaires.  Au compte de son programme de réduction de violence communautaire (CVR) à Soufouroulaye , dans le cercle de Mopti, la MINUSMA a recueilli  272 armes à feu et 1556 cartouches. Elle a financé trois projets à impact rapide d’un montant de 100 millions de F CFA, pour l’amélioration des conditions de vie sur le site de cantonnement des ex combattants avec l’adduction et la distribution d’eau potable ainsi que la sécurisation du périmètre.

Dans la même veine, la MINUSMA a financé 6 tables rondes regroupant 315 participants du 8 au 11 octobre entre les représentants de la société civile et les autorités locales des régions de Gao, Ménaka, Tombouctou, Taoudéni, Mopti et Ségou. Le succès vient  de l’organisation d’un vaste dialogue inter-communautaire de chefs traditionnels dogons et peulhs qui s’est tenu dans la commune de Mondoro le 12 novembre.

Sur le plan sécuritaire, les actions notoires sont la formation de plus de 260 agents des Forces de sécurité maliennes par la police des Nations Unies (UNPOL) du 1er au 13 novembre. C’est aussi les opérations militaires Whiplash 2 et Oryx respectivement  dans la région de Tombouctou et à Bankass Du 7 au 15 novembre. L’objectif était de restaurer la confiance au sein de la population et rétablir la sécurité dans la zone. Ainsi 1 530 patrouilles aussi bien terrestres qu’aériennes sur l’ensemble de la zone d’opération ont eu lieu. 

Les incidents sécuritaires  ont été revus à la hausse. La MINUSMA a enregistré 23 incidents dont sept pourraient constituer des violations et abus des droits de l’homme sur la période du 26 octobre au 1er novembre.

Pour des raisons sécuritaires, le tribunal de Goundam est temporairement installé à Tombouctou, où le juge tient régulièrement des audiences. Du 4 au 8 novembre, la MINUSMA et la Gendarmerie nationale ont fourni un appui technique et logistique au Juge de Goundam lors d’une mission dans sa juridiction. 

En 2020, 250 soldats britanniques renforceront la force de la MINUSMA comme annoncé par le Gouvernement britannique le 20 juillet  et renchérit par le sous-Secrétaire permanent et chef du bureau des Affaires étrangères du Commonwealth du Royaume Uni, Sir Simon McDonald reçu le 3 novembre par le Chef de la MINUSMA M. Annadif.

Boubacar Diallo (Stagiaire)

 

 

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut