Société › Actualités Société

Amnesty International Mali plaide pour une loi de protection des FDDH

Amnesty International Mali a animé une conférence de presse vendredi 29 novembre 2019
à son siège, lors de la journée internationale des femmes défenseures des droits humains
(FDDH). La rencontre a servi d’occasion pour présenter le nouveau rapport d’Amnesty
International rendu public le même jour, sur la situation de ces femmes à travers le
monde.
Intitulé « Bousculer les rapports de force, lutter contre la discrimination. Appel à l’action pour
la reconnaissance et la protection des femmes défenseures des droits humains et des personnes
qui défendent les droits liés au genre (FDDH) » ce rapport montre que ces personnes qui militent
continuent d’être agressées, menacées, intimidées, traitées comme des délinquantes et même
tuées en raison de leur travail de campagne. Et ce, malgré les engagements qui ont été pris à
maintes reprises, notamment avec l’adoption, il y a six ans, d’une résolution des Nations unies
visant à renforcer leur protection.
« Aujourd’hui les femmes défenseures des droits humains à travers le monde sont confrontées à
beaucoup de difficultés notamment la discrimination, la stigmatisation et même l’exclusion de la
société. Au Mali, Pour y mettre fin nous comptons sur les politiques, à travers des mesures de
protection, notamment une loi qui protège ces femmes dans leur spécificité », a indiqué Ramata
Guissé, Directrice d’Amnesty International Mali.

Amnesty International demande aux États d’enquêter sur les attaques contre les FDDH et
d’amener les responsables de ces attaques à rendre des comptes. Les États doivent également
éduquer le public au sujet du droit qu’ont les gens de défendre tous les droits humains, et fournir
le financement et les mécanismes de protection nécessaires pour répondre aux besoins des
FDDH.

Pour ce rapport l’organisation s’est basée sur ses propres recherches et analyses, et aussi sur
celles qui ont été menées par des organisations partenaires. Le rapport intègre en outre des
informations provenant de 23 personnes militantes, dans 21 pays, interrogées entre février et
avril 2019.

Pour rappel, Amnesty International travaille depuis longtemps avec des FDDH et l’organisation
est membre de la Coalition internationale des femmes défenseures des droits humains.

Germain KENOUVI

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut