International › AFP

Les élections britanniques en chiffres

Les électeurs britanniques sont appelés aux urnes jeudi pour les troisièmes élections législatives en quatre ans et demi. Voici quelques chiffres-clés de ce scrutin:

650

Le nombre de sièges en jeu à la Chambre des communes. Ce chiffre comprend 533 circonscriptions en Angleterre, 59 en Ecosse, 40 au Pays de Galles et 18 en Irlande du Nord.

Les conservateurs au pouvoir présentent des candidats dans 635 d’entre elles, devant le Labour, principal parti d’opposition avec 631 candidats, et le parti libéral-démocrate, opposé au Brexit, avec 611 candidats.

70

Le nombre de sièges qui ont basculé d’un parti à l’autre lors des dernières élections de juin 2017, soit 11%. Ce chiffre a baissé au gré des derniers scrutins, selon l’Electoral reform society, qui milite pour une réforme du système électoral britannique.

3.321

Le nombre total de candidats qui se présentent lors du scrutin, selon l’Association des administrateurs électoraux (AEA). Seul un tiers des candidats, soit 1.124, sont des femmes, selon la BBC. 227 se présentent comme indépendants, sans être rattachés à aucun parti politique.

12

Le plus grand nombre de candidats dans une même circonscription: Uxbridge et Ruislip sud, celle du Premier ministre conservateur Boris Johnson.

C’est la seule circonscription disputée par plus de 10 candidats. Six d’entre eux sont des indépendants, dont deux candidats loufoques, Lord « Tête de seau », qui défie les chefs de gouvernement successifs depuis 1987 et le Comte « Face de poubelle », autoproclamé « guerrier de l’espace intergalactique ».

5.034

La majorité de Boris Johnson en nombre de voix dans sa circonscription, le plus petit score pour un Premier ministre sortant depuis 1924. En cas de défaite, il serait le premier chef du gouvernement à perdre lors d’une élection législative.

2

La plus petite majorité pour un candidat sortant, le nationaliste écossais du SNP Stephen Gethins, dans la circonscription de Fife nord-est.

Plus de 40.000

Le nombre de bureaux de vote dans tout le pays. Il n’y a pas de chiffre centralisé, mais lors des élections de 2015, plus de 40.100 points de vote ont été dénombrés, selon l’AEA.

326

Le « nombre magique » pour décrocher en théorie une majorité absolue au Parlement. Mais en réalité, le chiffre est légèrement inférieur: au moins quatre députés endossent le rôle de « speaker », le président et ses adjoints, et ne prennent jamais part au vote, tandis qu’aucun député élu du parti républicain nord-irlandais Sinn Fein ne siège traditionnellement, car ils ne reconnaissent pas l’autorité du Parlement britannique sur l’Irlande du Nord.

317

Le nombre de sièges remportés par les conservateurs en 2017, ce qui fait d’eux le plus grand parti. Lors de la précédente législature, les Tories ont dû nouer une alliance avec le parti unioniste nord-irlandais DUP et ses 10 élus.

L’europhobe Nigel Farage a décidé de ne présenter de candidats de son parti du Brexit dans aucune des circonscriptions détenues par les conservateurs, afin que le nombre de députés en faveur de la sortie de l’UE soit aussi élevé que possible.

59

Le nombre de sièges ciblés par « l’Union pour le maintien » dans l’UE, une alliance transpartisane dont le but est de maximiser le nombre d’élus en faveur d’un deuxième référendum sur le Brexit.

Selon le pacte noué entre les libéraux-démocrates, les verts et les nationalistes gallois de Plaid Cymru, des candidats de chacune de ces formations politiques se sont retirés pour augmenter autant que possible les chances de victoire d’un candidat favorable au maintien dans l’Union européenne.

Le Labour et le SNP, pour un nouveau référendum, ont choisi de ne pas se joindre à cet accord.

10

Le nombre de candidats de moins de 20 ans qui se présentent. L’âge minimum est de 18 ans.

500

Le montant du dépôt, en livres sterling (594 euros) pour se présenter. Cette somme est remboursée aux candidats qui recueillent plus de 5% des suffrages exprimés.

8.700

Le plafond de base en livres sterling, (soit 10.300 euros) des dépenses électorales pour chaque candidat pendant les cinq semaines de la campagne officielle. Ils peuvent aussi y ajouter un montant supplémentaire, qui dépend du nombre d’électeurs dans la circonscription dans laquelle ils se présentent. Les partis, eux, peuvent dépenser des centaines de milliers, voire des millions de livres.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut