International › APA

Sécurité et fête nationale au menu des quotidiens burkinabè

Les quotidiens burkinabè de ce jeudi reviennent largement sur la fête nationale célébrée la veille, sans oublier l’actualité liée au terrorisme et à la situation sécuritaire.L’Observateur Paalga, le doyen des quotidiens privés du Burkina Faso, reprend en guise de titre ces propos du Chef d’Etat-major général des armées, le général Moïse Miningou : «Le rouge coulé à la carte du Burkina n’est pas du vrai rouge».

 Le général évoquait ainsi, la situation sécuritaire,  dans le pays, notamment, la peinture en rouge, de la carte du Burkina Faso par les autorités françaises.

Sous le titre: «11 décembre à Tenkodogo: +La vieille terre+, capitale d’un jour», L’Observateur Paalga rapporte que «le temps d’une journée, Tenkodogo, la ‘’Vieille Terre » en langue mooré, a été la capitale du Burkina Faso».

De son côté, le journal privé Le Quotidien met en exergue: «Commémoration du 59e anniversaire de l’indépendance: L’apothéose par la grande parade civile et militaire».

Selon L’Observateur Paalga, les plus hautes autorités du pays ainsi que les premiers responsables de ses institutions se sont retrouvés à Tenkodogo, à la faveur de la traditionnelle parade militaire et civile, l’un des actes majeurs de la double commémoration du 59e anniversaire de l’accession du pays à l’indépendance et du centenaire de la création de la Haute-Volta.

Pour sa part, Le Pays trouve que la fête a été «belle» à Tenkodogo, là où Aujourd’hui au Faso fait observer que la parade civilo-militaire a été «sobre».

L’Observateur Paalga croit savoir que la cérémonie s’est voulue sobre eu égard à un contexte sécuritaire national particulier.

C’est à juste titre que Sidwaya, le quotidien national arbore: «Célébration de la fête de l’indépendance: Persévérance contre l’insécurité», affichant également, des images de défilants.

Le même journal consacre sa rubrique ‘’L’Autre regard  » au  sujet, avec ce titre exclamatif: «Un siècle de sacrifices à préserver !».

Le commentateur rappelle que le peuple burkinabè a commémoré, hier 11 décembre 2019, les 100 ans de la création de son pays, autrefois Haute-Volta et le 59e anniversaire de son accession à la souveraineté nationale et internationale sous le thème: «Cent ans de la création du Burkina Faso: devoir de mémoire et engagement patriotique en vue de la consolidation de l’Etat-nation».

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut