International › APA

Norbert Zongo et attaque meurtrière au Niger à la une des quotidiens burkinabè

Les journaux burkinabè de ce vendredi commentent largement l’attaque meurtrière contre l’armée nigérienne, survenue deux jours plus tôt, sans oublier le 21e anniversaire de l’assassinat du journaliste Norbert Zongo.«Sapouy (localité où le journaliste Norbert Zongo a été assassiné le 13 décembre 1998, Ndlr), 21 ans après: Des droits-de l’hommiste pour l’extradition de François Compaoré», affiche le quotidien privé Aujourd’hui au Faso.

Le journal publie une déclaration commune de plusieurs Organisations de la société civile (OSC), à l’occasion du 21e anniversaire de l’assassinat du journaliste d’investigation, Norbert Zongo et de ses compagnons.

A ce propos, Le Pays mentionne: «Demande d’extradition de François Compaoré : Des OSC déplorent la +lenteur+ des autorités françaises».

Pour sa part, le quotidien national Sidwaya titre: «Assassinat de Norbert Zongo: Avec ou sans François Compaoré, le procès peut se tenir», reprenant ainsi les propos du président du comité de pilotage du Centre national de presse Norbert Zongo,  Abdoulaye Diallo.

Sous le titre : «Niger, le jour d’après Panser Inatès et repartir au combat», Aujourd’hui au Faso revient sur l’attaque perpétrée, mercredi, sur l’armée nigérienne, faisant 71 morts. 

Selon le confrère, c’est l’Etat islamique qui a infligé cette lourde perte à l’armée nigérienne et au moral des peuples du G5 Sahel.

«Le groupe a en effet revendiqué l’attaque qui a fait 71 morts au sein des soldats nigériens», fait remarquer Aujourd’hui au Faso avant d’ajouter que «le président Mahamadou Issoufou (du Niger) est revenu dare-dare de l’Egypte et a convoqué un conseil de sécurité d’urgence».

Le sujet est évoqué dans la rubrique ‘’Une lettre pour Laye » de L’Observateur Paalga, le doyen des quotidiens du Burkina Faso qui fait le lien avec le report d’une rencontre initiée à Pau, par le président français, Emmanuel Macon.

Selon ce journal, finalement avec l’attaque terroriste contre la base militaire d’Inatès au Niger, qui a fait plus de 70 morts, Paris et Niamey ont convenu de reporter à début 2020, le fameux sommet de Pau, initialement prévu pour le lundi 16 décembre.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut