› Économie

Assises de l’Investissement au Mali : Diagnostiquer pour plus de possibilités

L’Agence pour la Promotion des Investissements au Mali (API Mali) a organisé jeudi 19 décembre 2019 les Assises de l’Investissement au Mali à Bamako. L’objectif était de mettre à la disposition des acteurs de l’industrie, des banques et des particuliers les besoins pressants dont a besoin le secteur industriel malien pour plus de viabilité.

Pour promouvoir la destination Mali, rien n’est plus primordial que de connaître les difficultés d’investissement dont il souffre.  C’est cela tout le sens des Assises de l’Investissement au Mali, qui ne sont que le couronnement de plusieurs jours d’échanges dans les régions de Kayes, Koulikoro et de Sikasso.

Tout au long du processus, quatre secteurs ont été passés aux cribles afin d’identifier les voies et moyens pour booster les investissements au Mali. Il s’agit de l’agrobusiness, les industries, les infrastructures et les services numériques. A tour de rôle, les problématiques qui minent ces domaines porteurs  ont été exposés aux participants. Le secteur fait face à des difficultés comme la faiblesse du cadre réglementaire, les lourdeurs administratives et fiscales et l’insuffisance d’infrastructures. En outre, les acteurs qui y évoluent se sentent parfois isolés et subissent aussi le pourcentage élevé du crédit bancaire. 

Le gouvernement prendra en charge les recommandations

Des recommandations visant à améliorer ces différents manquements ont été exposées. Les rapporteurs des différents ateliers régionaux ont mis l’accent sur la nécessité de l’accompagnement de l’Etat dans la mobilisation des crédits bancaires à travers un fonds de garantie, mais également la réduction des charges fiscales. Ils ont également souhaité l’allègement des lourdeurs administratives quant à l’obtention de l’agrément d’investissement au Mali, mais aussi l’investissement dans les infrastructures, la baisse du coût de l’énergie et de la connexion Internet pour plus de flexibilité pour les startups.  « Cet exercice fait partie des politique du Mali pour faire face à la nouvelle concurrence qui émerge avec l’entrée en vigueur de la zone de libre-échange continentale. Les résultats de ces assises vont être pris en charge par le gouvernement », a conclu Moussa Ismaïla Touré, Directeur Général de L’Agence pour la Promotion des Investissements au Mali (API Mali).

 

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut