International › APA

Cameroun : procès à huis clos de sept soldats accusés d’exécutions de civils

Sept soldats accusés d’avoir exécuté de sang-froid deux femmes et leurs enfants dans la localité de Zelevet, à l’extrême-Nord du Cameroun, seront jugés à huis clos le 20 janvier 2020 par un tribunal militaire, a appris APA de source autorisée.Le drame qui s’est déroulé fin mars et début avril 2015, a revêtu l’allure d’un scandale national quand trois ans après, soit en juillet 2018, il a fait l’objet d’une vidéo diffusée en boucle sur les réseaux sociaux.

On y voit des hommes en tenue chargés de donner la chasse à la secte islamiste Boko Haram, tirer à bout portant sur deux nourrissons et leurs mères, des paysannes aux yeux bandés.

Les quatre corps ont ensuite été sommairement ensevelis au pied d’une montagne dénommée «Vizi Kokor Vegebi».

Dans un premier temps, le gouvernement a parlé de «fake news», assimilable à «une malheureuse tentative de transfiguration de la réalité et d’intoxication du public, un horrible trucage».

Toutefois, face à la levée de boucliers, le président Paul Biya s’est résolu à ordonner l’ouverture d’une enquête, «conformément aux usages en la matière».

L’armée camerounaise, aussi bien dans l’Extrême-Nord en proie à des attaques terroristes que dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest sous conflit séparatiste, est régulièrement pointée du doigt pour des exactions contre des civils.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut