International › APA

Bilan 2019 et actualité économique au menu des quotidiens et hebdomadaires marocains

Les quotidiens et hebdomadaires marocains parus ce samedi se focalisent sur le bilan de l’année 2019, les attentes qui pèsent à la fois sur l’année 2020 et sur la Commission spéciale sur le modèle de développement (CSMD), le modèle entrepreneurial réussi et la stratégie des énergies renouvelables.+Challenge+ relève qu’en 2019, le Maroc a réalisé certaines avancées importantes, notamment en termes de climat des affaires où il a été propulsé à la 53ème position par Doing Business, soulignant qu’en matière d’infrastructures, le Royaume a de quoi s’enorgueillir: sa principale fierté, le Port Tanger Med, a hissé le pays au rang des grandes nations maritimes.

Sur le plan politique, l’année 2019 a infligé de nombreux camouflets au principal ennemi de l’intégrité territoriale du Royaume, ainsi qu’à ses alliés dont le cercle n’a eu de cesse de se rétrécir, fait-il observer, notant que l’année 2020 apportera son lot de surprises, « bonnes dans l’ensemble ». La publication cite à titre d’exemple la toute petite l’augmentation des pensions de retraites à partir du 1er janvier, notant qu’à partir de cette même date, les Marocains pourront vendre leur résidence principale sans attendre la période incompressible de six ans ouvrant droit à l’exonération de la taxe sur profit immobilier (TPI).

Les bonnes surprises ne s’arrêtent pas là, elles concernent cette fois-ci les jeunes entrepreneurs, puisqu’en ce premier jour de l’an, le Fonds de soutien à l’entrepreneuriat devra être opérationnel, ajoute l’hebdomadaire.

Avec tout ce qui a été programmé et promis, on est en droit de penser que l’année qui commence va être l’année du big-bang marocain. En juin 2020 justement, le Maroc aura officiellement son nouveau modèle ou sa nouvelle vision du développement, écrit, de son côté, +La Vie Éco+, estimant que ceci est déjà un premier événement majeur qui devrait inscrire 2020 dans les annales de l’histoire.

Mais bien avant, et à en croire tout ce qui a été présenté ces dernières années, 2020 sera également l’année d’achèvement d’autres programmes majeurs et politiques sectorielles comme le Plan d’accélération industrielle (PAI), le Plan Maroc Digital et la très ambitieuse stratégie nationale pour le développement durable, rappelle le journal.

Lors de cette même année, l’assurance-maladie obligatoire doit être généralisée, le Maroc devrait faire son entrée historique dans le Top 50 des meilleurs pays en matière de climat des affaires et la réglementation de change marocaine « restée sclérosée durant des décennies » devrait également évoluer.

Pour sa part, +Maroc Hebdo+ s’est attardé sur l’action de la Commission spéciale sur le modèle de développement (CSMD), avec à sa tête l’ambassadeur du Maroc en France, Chakib Benmoussa.

« Par modèle de développement, beaucoup ont cru qu’il s’agissait d’une question purement économique, alors que c’est beaucoup plus large comme le prouve le fait que ladite commission comprenne, parmi ses trente-cinq membres, de purs penseurs des sciences humaines tels le professeur universitaire Rachid Benzine ou encore le sociologue Mohamed Tozy », fait remarquer la publication.

Pour Maroc Hebdo, cette Commission tombe « a point nommé », du fait que la société marocaine a besoin d’une refondation du contrat sur lequel elle s’est établie il y a plus de douze siècles.

+Al Bayane+ relève que pour réussir le choc entrepreneurial, il faudrait se donner les moyens d’atteindre rapidement près de 10 milliards DH (1 euro = 10,7 DH) par an à engager par le budget et près de 40 milliards DH sous forme de garanties publiques aux prêts bancaires », indique le Conseil économique, social et environnemental (CESE) dans son rapport intitulé

« Le nouveau modèle de développement du Maroc: Contribution du CESE ». Cet accompagnement devra être destiné à tous les secteurs pour qu’ils soient en mesure de saisir l’ensemble des opportunités de création de valeur, que celles-ci soient latentes ou à créer via l’innovation, souligne le Conseil, cité par le quotidien.

Il est aussi judicieux d’accompagner toutes les étapes du cycle de vie de l’entreprise tant en période de création, de croissance (TPE à PME, PME à ETI), que de transmission ou de redressement, recommande-t-il.

+L’Opinion+ note que le Maroc poursuit sa montée en puissance en énergies renouvelables afin de répondre à la hausse soutenue de la demande en électricité et réduire sa dépendance énergétique quasi-totale de l’extérieur.

Une tendance confirmée par le lancement de la réalisation du parc éolien de Taza (150 MW). A ce titre, des contrats de projets relatifs à la réalisation de la première phase (87 MW) de ce site ont été signés entre l’ONEE, MASEN ainsi que la société de projet « Parc Eolien Taza SA », composée du groupement EDF Renouvelables (France) et du japonais Mitsui & Co. Situé à 12 km de Taza, ce site produira l’équivalent de la consommation électrique d’une ville d’environ 350.000 habitants. Sa mise en service est prévue pour fin 2021.

+Rissalat Al Oumma+ rapporte que l’aéroport international Mohammed V de Casablanca a battu, jeudi, un record de fréquentation annuelle en franchissant, pour la première fois de son histoire, la barre des 10 millions de passagers.

A cette occasion, une cérémonie à été organisée à l’initiative de l’Office national des Aéroports (ONDA) et Royal Air Maroc (RAM) pour accueillir le 10 millionième passager venu à bord du vol AT 205 de RAM, en provenance de Miami, nouvelle destination de la RAM lancée en avril dernier. Ainsi, la compagnie nationale a offert au 10 millionième passager un billet d’avion business class sur son réseau international.

L’heureux passager a également reçu d’autres cadeaux de la part de l’Office National des Aéroports, fait savoir le quotidien.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut