› Société

2019 : Une année de tous les maux pour le Mali

Dans moins de deux jours, commence la décennie 2020-2029. L’heure est aux fêtes de fin d’année, mais également au bilan de ce qu’a été l’année 2019 pour les Maliens. Terrorisme, mauvaise gouvernance, crise politique et bien d’autres maux auront empreint de leur souillure cette année qui s’achève. Sur notre demande, plusieurs Maliens, issus de différents horizons, ont bien voulu nous livrer le fond de leur pensée sur ce qu’ils retiennent de 2019.

 

Harouna Fomba, Sapeur-pompier

« Ce qui m’a le plus marqué en 2019, ce sont les attaques incessantes à l’encontre des Forces Armées Maliennes et leur lot de morts. J’ai surtout été  troublé par l’attaque du camp militaire de Dioura en mars dans le centre du pays et qui a ouvert la voie à ce cycle infernal sans fin. C’est vraiment dramatique pour tous ces jeunes et braves militaires morts pour le Mali dans leur mission régalienne dans des conditions inimaginables. »

Mahamadou Diakité, Chauffeur

« 2019 a été jalonné de mauvaise gouvernance sous toutes ces formes. Et c’est cela le terreau de la crise actuelle que traverse notre pays depuis des années. On a assisté à des grèves qui ont paralysé les domaines prioritaires de développement du pays tels que l’éducation, la santé ou la justice.  On espère qu’avec les récents efforts de lutte contre la corruption, 2020 sera différent. »

 

Mohamed Dagnoko, Journaliste à Medi 1 TV

« 2019, Pour moi, est une année à oublier pour le peuple malien. Le pays a été éprouvé comme jamais par de nombreuses attaques terroristes. La mort des populations civiles notamment au centre du pays, des FAMas, des forces étrangères a entaché cette année. Les grèves des médecins, des enseignants, des magistrats sont autant de choses que les maliens ne souhaitent certainement pas revivre en 2020.
Mais malgré ces points négatifs, il y a eu des efforts qu’il faut saluer. Le plus illustre reste le Dialogue National Inclusif (DNI) qui vient de s’achever avec des résolutions fortes. Gageons que 2020 soit l’année qui verra débuter la mise en œuvre effective de ces résolutions et recommandations qui ont pour objectif de sortir le pays de la crise qu’elle vit depuis trop longtemps. »

Makan Camara, humoriste

« 2019 a été marqué par la guerre au Nord et au centre du pays. Beaucoup de nos soldats sont tombés en défendant la patrie. Je prie le bon Dieu afin que cette guerre prennent fin en 2020 et qu’on retrouve enfin cette harmonie dans laquelle nous avons toujours vécu »

 

Casimir Sangala, Communicant

« Je retiens de 2019 les horribles pages de l’actualité sécuritaire avec les attaques terroristes survenues notamment au centre du pays qui totalisent plusieurs centaines de morts. Cette situation convoque encore une fois l’union de toutes les nations libres et le rassemblement des peuples pour éradiquer le terrorisme partout où il prospère dans le monde. 
Au plan de l’actualité politique, la démission du Premier ministre Soumeylou Boubèye Maïga, la nomination de Boubou Cissé à la Primature et de Tiébilé Dramé aux Affaires Etrangères, la prorogation du mandat des députés et l’organisation du Dialogue national inclusif ont retenu mon attention.
Je m’en voudrais de ne pas citer la désignation du Président Ibrahim Boubacar KEÏTA par ses pairs de l’Union Africaine en qualité de Coordinateur pour les Arts, la Culture et le Patrimoine, une grande première, le retour au Mali du Président ATT et la lutte contre la corruption qui est rentrée dans une phase assez décisive et porteuse d’espoir.
Enfin comment ne pas relever la série noire des attaques terroristes au Niger et au Burkina, les débats nourris sur la « françafrique » y compris l’efficacité de la force Barkhane au Sahel et l’annonce du remplacement du FCFA par l’Eco. »

 

Fatoumata Sangaré, Enseignante

« Ce qu’on ne peut pas oublié en 2019, ce sont les attaques terroristes dont notamment celle d’Ogossagougou où on a brûlé hommes et animaux. J’ai tellement été choquée et au bord des larmes  à la vue de ces images sur les réseaux sociaux. Je n’arrivais pas à y croire. C’était digne d’un film d’horreur. »

 

Propos recueillis par Boubacar Diallo

 

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut