› Non classé

L’ambassade de France au Mali revient sur les conclusions du sommet de Pau

L’ambassade de France au Mali a organisé vendredi 17 janvier 2020 une conférence de presse dans ses locaux pour revenir essentiellement sur les conclusions du sommet de Pau et les derniers développements dans la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation.

La conférence a été animée par M. Joël Meyer, ambassadeur de France au Mali, avec à ses côtés M Christophe Bigot, envoyé spécial de la France pour le Sahel, le Général de Brigade Damien de Marsac, Représentant de la Force Barkhane au Mali et M. François Tirot, Directeur de l’Agence Française de développement (AFD)

« Le sommet de Pau a été un moment important. C’était d’abord un moment de solidarité entre la France et l’Afrique mais aussi une solidarité internationale envers l’Afrique. C’était aussi un exercice de détermination. Il s’agissait de démontrer notre action commune pour lutter contre le terrorisme », a déclaré M. Christophe Bigot.

La Coalition internationale pour le Sahel annoncé à la fin du sommet sera organisée en quatre piliers complémentaires à savoir la lutte contre les groupes terroristes par le  G5 Sahel, Barkhane et leurs alliés, le renforcement des capacités des forces de défense des pays du Sahel, l’appui au retour de l’Etat et des administrations et l’aide au développement.

Le premier pilier, « combat contre le terrorisme » sera animé par la France et s’appuiera sur l’organisation générale actuelle de l’opération Barkhane. 

Il aura pour objet de coordonner l’ensemble des efforts internationaux en matière de lutte contre les groupes armés terroristes, tout en se tenant prêt à intégrer d’éventuels soutiens  additionnels en contingents ou en capacités selon la logique déjà à l’œuvre pour la Task Force Takuba.

« Nous travaillons déjà en permanence avec les forces partenaires. Mais c’est un nouvel élan qui est donné. Nous allons  améliorer beaucoup de choses dans le domaine du renseignement et des procédures de coordination », a indiqué le Général de Brigade Damien de Marsac.

Le 2ème pilier, «  Renforcement des capacités militaires des Etats du Sahel » aura pour objet de coordonner toutes les offres de formation et d’équipement des partenaires multilatéraux et bilatéraux au profit des Forces armées nationales et  de la Force conjointe du G5 Sahel.

Appuyer le redéploiement des services régaliens, en particulier à travers la formation et le développement de personnels de police, de gendarmerie et des douanes, et par le renforcement de la chaine pénale des pays du G5 Sahel. Telle sera la mission du 3ème pilier « Appui au retour de l’Etat et des administration » qui s’appuiera sur la dynamique initiée dans le cadre du Partenariat pour la Sécurité et la Stabilité au Sahel (P3S).

Le dernier pilier consacré à l’aide au développement s’appuiera sur l’Alliance Sahel ainsi que sur les différentes contributions bilatérales afin de garantir l’efficience globale de l’action et sa synchronisation avec les effets obtenus dans les domaines politique et militaire. 

 « Cet exercice ne doit pas être un évènement isolé. Il est prévu un suivi très attentif. Nous aurons dans moins de 3 mois une réunion des ministres des Affaires étrangères  et de la Défense et dans 6 mois une autre réunion des chefs d’Etats qui permettra de faire le point », a souligné M. Bigot.

Germain KENOUVI

 

                                                                                                                           

                                                                                                                                                           

 

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut