› Politique

Législatives 2020 : Quel poids pour la CMAS de Mahmoud Dicko ?

Lancée en septembre 2019, la Coordination des mouvements, associations et sympathisants de l’Imam Mahmoud Dicko (CMAS) affiche désormais ses ambitions pour les prochaines échéances électorales, notamment les législatives de mars. Si l’influence et la popularité de l’imam de Badalabougou ne sont plus à démontrer, la CMAS parviendra-t-elle à peser dans les urnes ?

« Nous sommes en train de structurer ce mouvement. Nous avons dit clairement que c’était un mouvement politique, et un mouvement politique ce sont des ambitions politiques. Nous espérons avoir des candidats sur des listes, avec des partis politiques qui partagent nos valeurs », expliquait récemment à RFI Issa Kaou Djim, Coordinateur et porte-parole de la CMAS.

Son implantation d’ailleurs déjà commencé dans les six communes du District de Bamako, avant de s’étendre à l’intérieur du pays. Ne se positionnant ni dans la majorité ni dans l’opposition, le mouvement veut être une troisième voie pour l’électorat, appelé à élire de nouveaux députés pour les cinq prochaines années.

Quel poids ?

Pour Ballan Diakité, chercheur au CRAPES,  la CMAS de Mahmoud Dicko a toutes les chances de battre les partis politiques classiques lors des prochaines élections législatives.

« Un parti politique, c’est une organisation dans laquelle la société ou une partie de la société se reconnait. Mais, quand vous regardez les partis politiques au Mali depuis l’avènement de la démocratie, c’est un échec cuisant. Aujourd’hui, le marasme politique dans lequel se trouve le pays leur est en partie imputable », affirme-t-il.

« Cette situation a donné naissance à une crise de confiance chez les électeurs. Du coup, les yeux sont maintenant tournés vers les religieux, qui sont finalement les seules voix écoutées », ajoute -t-il.

Un avis qui n’est pas partagé par l’analyste politique Salia Samaké, pour lequel la CMAS de Mahmoud Dicko, toute seule, n’a pas de grandes chances de s’imposer lors des élections.

« Je ne crois pas que la CMAS puisse peser lourd aujourd’hui sur la scène politique. L’histoire de Sabati doit donner à réfléchir à tout le monde. En tant que religieux, l’Imam Dicko est incontournable, mais dans l’arène politique il fera face à d’autres facteurs, qui ne seront pas forcément à son avantage », soutient M. Samaké.

« Ils n’ont pas forcément quelque chose de nouveau à apporter, mais ils auront du poids  surtout en fonction des alliances qu’ils noueront avec les autres partis », relativise-t-il toutefois.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut