International › Afrique

Guinée Bissau – Contentieux électoral: Le délai de la CEDEAO expire le 15 février

La Cédéao a accordé, dimanche 9 février, un délai de six jours  à la justice bissau-guinéenne pour régler le contentieux électoral qui oppose le vainqueur du scrutin du 29 décembre, Umaro Sissoco Embalo et le candidat malheureux, Domingos Simões Pereira (DSP). Le délai expire ce 15 février.

Bien que les procès-verbaux régionaux aient été vérifiés selon les injonctions de la Cour suprême et que la victoire de Embalo ait été à nouveau confirmée, Domingos Simões Pereira continue de ruer dans les brancards.

 Le candidat du PAIGC, le parti au pouvoir, Domingos Simões Pereira, a soumis la semaine dernière, un nouveau recours devant la Cour Suprême de Guinée-Bissau demandant l’annulation des élections qui se sont tenues le 29 décembre dernier alors que la Commission électorale avait réitéré la victoire du candidat de l’opposition, Umaro Sissoco Embalo relatent le journal Le Pays.
Selon nos confrères d’APA News, le feuilleton de l’impasse politique en Guinée Bissau s’est poursuivi en marge du 33eme Sommet de l’Union Africaine (UA) à Addis-Abeba. Lors de la réunion, deux camps se sont dessinés : ceux qui soutiennent Embalo comme président et ceux qui disent attendre la décision finale de la Cour Suprême.

Le président sénégalais Macky Sall a par exemple plaidé pour la validation des résultats proclamés par la CNE et donc la reconnaissance d’Embalo comme président élu de la Guinée-Bissau.

En comparant la Guinée Bissau à la Gambie de Yaya Jammeh, Macky Sall estime qu’un nouvel épisode politico-électoral ne fera que replonger Bissau dans une nouvelle crise.

Pour le chef de l’Etat sénégalais, poursuit la source, « il n’y a jamais eu de réunion de la Cedeao sans qu’on ne parle de la crise en Guinée Bissau ».

Par contre, son homologue guinéen, Alpha Condé dont la « relation de bon voisinage » avec Embalo se détériore davantage, réplique par un « non catégorique » à l’encontre des « pourfendeurs » de la Cour Suprême bissau-guinéenne.

Pour un contentieux qui commence à trop durer, les regards sont tournés vers la Cour suprême qui devra peser sur la balance afin de mettre fin à ce litige qui perturbe l’actualité de la vie politique en Guinée Bissau.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut