Politique › Sécurité & Terrorisme

Niagalé Bagayoko : « L’arrivée des forces tchadiennes ne pourra pas fondamentalement modifier les rapports de forces »

Niagalé Bagayoko, présidente de l’African Securty Secteur Netwrok (ASSN), experte sécurité en Afrique de l’Ouest et centrale répond à nos questions sur la participation sollicitée du Tchad dans la zone des trois frontières.

La France et le G5 ont une nouvelle fois sollicitée la participation tchadienne dans les opérations le long de la zone des trois frontières. Il avait déjà été sollicité une première fois dans ce sens en 2019, quelle réponse peut-on attendre du pays cette fois-ci?

En effet, les ministres des Affaires étrangères et de la Défense du G5 Sahel (Mali, Tchad, Niger, Burkina Faso, Mauritanie) et français se sont réunis en visioconférence le lundi 27 avril. Ils ont insisté sur «  l’importance de l’envoi dès que possible d’un bataillon tchadien dans la zone des trois frontières », dite du Liptako Gourma et située entre le Mali, le Niger et le Burkina Faso.

La question du déploiement du contingent tchadien dans la zone du fuseau Centre (alors que le Tchad est situé dans le fuseau Est selon le découpage de l’espace sahélien opéré par le G5/Sahel) est une question ancienne, qui peut presque être qualifiée de « serpent de mer ». Le Président Déby a toujours insisté sur la très grande valeur ajoutée de l’intervention tchadienne qu’il a toujours su habilement négocier, parfois jusqu’à la surenchère. Il faut réinscrire cette négociation dans le cadre de la rhétorique tchadienne qui insiste toujours et ce de manière récurrente sur la responsabilité des pays occidentaux sur la déstabilisation de la zone sahélienne. La position toujours réaffirmée d’Idriss Deby est que c’est l’intervention en Libye décidée par les puissances occidentales qui est à l’origine de la déstabilisation du Sahel et notamment du Mali, et dans ce cadre-là, il y’a une dette de ces forces à l’origine de cette déstabilisation qui doivent en retour prendre en charge y compris financièrement les interventions menées sur le terrain par les forces africaines qui acceptent depuis 2012 de payer le prix du sang.

 

Le président Déby avait déclaré le 10 avril ne plus vouloir participer à des opérations en dehors de ses frontières, propos par la suite nuancés. Cela peut-il être interprété comme un coup de pression ou une réelle volonté de repli?

En effet, le président Deby est revenu par le biais d’un communiqué de son ministère des Affaires étrangères sur ses propos initiaux relatifs à la décision du Tchad de n’envoyer dorénavant aucun soldat au-delà des frontières nationales dans le cadre d’engagement individuel des troupes tchadiennes pour lutter contre le terrorisme. Le ministère des Affaires étrangères tchadien a indiqué par la suite qu’il n’a jamais été question pour le Tchad de se désengager ni de la force multinationale mixte, ni de la force conjointe du G5 Sahel et moins encore de la MINUSMA. Ce qu’il faut préciser, c’est que tous ces engagements sont extrêmement importants d’un point de vue financier pour le Tchad parce que notamment sa participation à la MINUSMA est aussi une façon comme pour tous les pays notamment africains d’obtenir des remboursements de ce que l’on appelle règle COE (Contingency owned equipment qui peut se traduire par « remboursement des matériels appartenant aux contingents ») qui leur permet aussi d’entretenir leurs forces armées. C’est très important comme source de revenus pour les armées notamment africaines, c’est donc une source dont le Tchad et son armée ne peuvent se passer. Ce qu’Idriss Deby a toujours voulu négocier dès le début, c’est la prise en charge financière de sa participation. Il semble que ce qu’il a réussi à obtenir, est que le contingent appelé à être déployé dans la zone des trois frontières soit pris en charge par les partenaires internationaux, notamment sans doute la France dans le cadre du soutien qu’elle apporte aux armées partenaires du G5 Sahel.

 

Concentré les efforts dans la zone des trois frontières ne contribuerait-il pas à déplacer le problème (création de nouveaux fronts terroristes) plutôt que d’y mettre fin?

C’est de toutes façons dans la zone des trois frontières  que les interventions de la Force Barkhane tout comme des armées du G5/Sahel ont été concentrées pour répondre aux violences commises par  les groupes djihadistes, notamment du Groupe de soutien à l’Islam et aux Musulmans/GSIM),  de l’Etat Islamique au Grand Sahara désormais affilié à l’ISWAP (Islamic State West Africa Province) ou plus anciennement par le Groupe Ansarul Islam.  Les manœuvres et opérations conjointes menées par ailleurs par la Force conjointe du G5/Sahel ont aussi, depuis la création de celle-ci, été largement concentrées dans cette zone des trois frontières.

Lors du Sommet de Pau, il a été officiellement décidé que la lutte anti-terroriste ciblerait plus spécifiquement l’EIGS. Cependant, La recrudescence des attaques perpétrées par Boko Haram (et notamment par la faction JAS d’Aboubakar Shekau) dans le Bassin du Lac Tchad a démontré que le front Est demeure également un enjeu crucial, même s’il a été un peu moins pris en compte dans l’approche française de la lutte anti-terroriste tout comme par l’effort mené en commun par les armées du G5/Sahel. L’Opération Bohoma, supervisée par le Président Déby lui-même démontre l’importance de ce front dans la gestion de l’insécurité au Sahel.

L’apport du Tchad en 2013 dans la reconquête des zones occupées au Mali a été déterminant, le pays peut-il encore y joué un rôle important ?

Le rôle du Tchad a en effet été déterminant, notamment lors de la mise sur pied de la MISMA (Mission internationale de soutien au Mali sous conduite africaine) déployée sous l’égide de l’Union africaine: c’est précisément pour intégrer les forces armées du Tchad (qui, de par son appartenance, à la CEEAC relevait de la brigade centre de la Force africaine en attente) que cette force a été élargie au-delà de la seule CEDEAO. Les contingents tchadiens ont ensuite joué un rôle majeur au sein de la MINUSMA. Mais il ne faut pas oublier que les engagements du Tchad ne se sont pas au cours des dernières années limitées au seul théâtre malien. En effet, les forces armées tchadiennes ont aussi été très active au sein de la FMM (Force multinationale mixte) réactivée dès 2012 pour être déployée sous le pilotage de la Commission du Bassin du Lac Tchad (CBLT) pour lutter contre la secte Boko Haram. Le Tchad a aussi déployé des hommes dans le cadre d’un autre mécanisme de coopération transfrontalière en matière de sécurité qui existe depuis 2010 à travers la « Force Mixte Tchad-Soudan » (FMTS), mécanisme militaire transfrontalier permanent doté de 3000 hommes et déployé le long de la frontière entre les deux pays. On voit donc combien l’engagement tchadien a été actif sur différents fronts.

Cependant, l’arrivée des forces tchadiennes sur le théâtre malien ne pourra à elle seule fondamentalement modifier les rapports de forces. Tout d’abord parce qu’au-delà de la zone des trois frontières, la situation demeure complexe au Mali, notamment parce que l’Accord pour la Paix et la réconciliation au Mali n’est pas appliqué de manière satisfaisante tandis que les incidents récents survenus du côté de la frontière mauritanienne ou dans le Sud dans la région de Kayes sont des motifs de préoccupation. Par ailleurs, la situation n’est pas caractérisée par la seule violence des groupes djihadistes mais aussi par celle des HANI (hommes armés non-identifiés) souvent criminels ou des groupes d’auto-défense ou milices communautarisés. Les méthodes très expéditives de l’armée tchadienne ont souvent été dénoncées. Dans un contexte où les abus ou exactions commises par des unités des forces de défense et de sécurité des armées du Mali, du Niger et du Burkina Faso sont dénoncées de manière croissante par des rapports de plusieurs organisations de défense des droits de l’Homme, l’intervention tchadienne comme celle des armées partenaires ne devra pas être jugée à la seule aune de l’efficacité opérationnelle et de la dite « neutralisation des GAT (groupes armés terroristes) » mais aussi à la capacité à apporter une protection aux populations dans le respect de leurs droits et de leur dignité.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut