International › APA

La lutte contre la pandémie du coronavirus au menu des quotidiens marocains

Les quotidiens marocains parus ce lundi se focalisent sur l’initiative royale d’envoyer des aides médicales à 15 pays africains, les démarches entreprises par le Maroc dans le cadre de la lutte contre la pandémie du coronavirus et les capacités du capital humain.+Le Matin+ rapporte que les Ambassadeurs Représentants Permanents de plusieurs pays africains auprès de l’Union africaine ont salué hautement l’initiative du Roi Mohammed VI d’accorder des aides médicales afin d’accompagner les pays africains dans leurs efforts de lutte contre la pandémie du Covid-19.

Les diplomates africains se sont également félicités de la solidarité agissante du Royaume à l’égard du continent africain et ont exprimé leurs vifs remerciements au Souverain.

Pour rappel, l’aide est composée de près de 8 millions de masques, 900.000 visières, 600.000 charlottes, 60.000 blouses, 30.000 litres de gel hydroalcoolique, ainsi que 75.000 boîtes de chloroquine et 15.000 boites d’Azithromycine.

+Aujourd’hui le Maroc+ souligne que les querelles et les débats de scientifiques au sujet des protocoles thérapeutiques n’ont pas empêché le Maroc d’opter pour la chloroquine, notant que les chiffres ont montré à ce jour que ce choix était le plus pertinent au vu de l’évolution de la situation épidémiologique.

Aussi, quand les pouvoirs publics au Maroc ont décidé de regrouper les quelque 700 cas actifs à Benslimane et Ben Guerir, il s’agit là d’une démarche qui a été testée avec succès dans d’autres pays et que le Maroc a estimé appropriée pour sa situation, poursuit l’éditorialiste, ajoutant que ce qui a été fait au Maroc avec succès en matière de production de masques, entre autres, a fait des émules ailleurs.

Face à un phénomène viral qui n’a pas encore livré tous ses secrets et que les scientifiques n’ont pas encore totalement cerné, la seule démarche pertinente et logique est bien celle de l’apprentissage collectif et de l’échange des bonnes pratiques à l’échelle mondiale, conclut-il.

De son côté, +Al Bayane+ écrit que le Maroc aura compris qu’il ne peut, en aucun cas, se passer de son élément humain dont il peut être fier et sur lequel il peut compter, en vue de sortir du bout du tunnel, notant qu’il devra se pencher sérieusement sur les capacités immenses de son peuple que la contrainte de l’endémie a fait valoir, à plus d’un titre.

Certes, son énergie s’était focalisée sur la mise en place des grands chantiers, mais toutes ces prouesses n’ont pas eu d’effets positifs sur le bien-être des populations, déplore le quotidien, faisant remarquer que les écarts sociaux se sont renchéris de plus belle, au profit des nantis, à travers la distribution révoltante des ressources.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut