› Politique

Crise sociopolitique : Les enseignants entrent dans la désobéissance civile

À l'IUG, le comité du syndicat national de l’enseignement supérieur (Synesup) a déclenché une grève illimitée

Les principaux syndicats de l’éducation de l’enseignement fondamental ont décidé, mercredi 15 juillet dans un communiqué conjoint, d’arrêter les cours en respect du mot d’ordre de désobéissance civile du M5-RFP. Cela fait suite à l’adhésion de leurs centrales syndicales, la Confédération Syndicale des Travailleurs du Mali et la Centrale Démocratique des Travailleurs du Mali (CDTM), au M5-RFP.

Le communiqué conjoint appelle également les enseignants à  « sortir massivement le vendredi 17 juillet 2020 pour la prière collective pour le repos éternel » des personnes mortes à la suite des contestations.

Après plus de six mois de grèves, les enseignants avaient regagné les classes à la suite d’un accord le 17 juin avec le gouvernement qui s’est engagé à appliquer l’article 39. Après un mois de cours, c’est donc vers la fermeture des classes au niveau fondamental qu’on s’achemine.

Le Syndicat National des Enseignants Fonctionnaires des Collectivités Territoriales (SNEFCT), le Syndicat National de l’Education de Base (SYNEB) et le Syndicat Libre de l’Enseignement Fondamental (SYLDEF) sont concernés par le mot d’ordre de désobéissance civile.

Boubacar Diallo

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut