› Politique

Mali : Poursuivre le développement malgré la crise

La Troïka de l’Union Européenne, l’Union Africaine, l’Ambassade de l’Algérie au Mali et la CEDEAO ont organisé une table ronde sur les défis de développement malgré la crise politique que traverse le Mali. C’était ce jeudi 27 août à l’école de maintien de la paix de Bamako en présence de plusieurs regroupements politiques et sociaux.

«Pendant que le débat sur la transition accapare toutes les attentions, le pays doit continuer à vivre. Il doit continuer à faire face aux défis de sécurité, de  lutte contre le covid 19, de la crise humanitaire », a déclaré Pierre Buyoya, haut représentant de l’Union Africaine pour le Mali et le Sahel. Il n’en faut pas plus pour résumer le mot d’ordre des participants à cette table ronde.

Le Mali traverse une crise sociopolitique, depuis bientôt quatre mois, ayant conduit au départ du président Ibrahim Boubacar Kéïta suite à l’intervention des forces de défense et de sécurité. Depuis le 20 août, le pays est sous embargo de la CEDEAO qui exige le rétablissement rapide de l’ordre constitutionnel. Cette situation impacte davantage la population, déjà éprouvée par la crise sociosécuritaire et la pandémie de covid-19. « Nous avons expliqué aux partenaires qu’aujourd’hui le Mali n’est pas un pays ordinaire. Nous leur avons dit qu’il faut la levée immédiate de l’embargo sur le Mali qui est un pays en crise. Les populations ont besoin d’assistance », a plaidé Mme Dembélé Oulématou  Sow, présidente nationale de la Coordination des Associations et ONG Féminines du Mali (CAFO).

 

L’ambassadeur de l’Allemagne au Mali, Dr. Dietrich Reinhold Pohl, a expliqué que « La crise actuelle n’est pas la seule. Elle renforce les défis majeurs qui existent depuis des années et pèse sur les efforts visant à réaliser un développement durable pour tous les Maliens ». C’est dans cette optique qu’il a profité de  cette table ronde pour lancer un appel pour la relance « de façon immédiate, coordonnée et soutenue » de la mise en œuvre de l’Agenda pour le développement du Mali. Cette dernière est dénommée « Cadre de Relance Economique et de Développement Durable 2019-2023-CREED » et sa réalisation coûte 14 650 milliards de Franc CFA.

La troïka est  un groupement composé de la Banque centrale européenne, de la Commission européenne et du Fonds monétaire international.

Boubacar Diallo

 

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut