› Politique

Boubacar Haidara : « Ce n’est pas une transition civile, elle est purement et simplement militaire »

Le colonel-major à la retraite Bah N’Daou, nommé l21 septembre Président de la transition par un collège mis en place par le CNSP, prêtera serment ce vendredi. Le chercheur Boubacar Haidara nous livre son analyse sur cette nomination et sur la tournure que prend la transition.

Que pensez-vous du choix de Bah N’Daou comme Président de la transition ?

C’est une personnalité que je ne connaissais pas. Les renseignements que j’ai pu obtenir sur lui ont quand même tendance à converger sur le fait que ce soit une personne dbonne moralité. Mais sur la forme de sa désignation, il y a à redire. Dès l’annonce, il a été dit par le M5 et l’Imam Dicko, qui a fait partie du collège, que ce n’était pas un choix issu d’un débat entre les principales personnes qui en étaient membres. Cela ressemble plutôt à une main basse de l’armée sur le pouvoir. Les concertations nationales n’étaient rien d’autre qu’une entourloupe.

Est-ce une transition militaire camouflée?

Ce n’est rien d’autre qu’une transition militaire. Ce n’est pas une transition civile, elle est purement et simplement militaire. Dès le départ, quand les militaires tournaient en rond, je me suis dit qu’ils ne voulaient pas lâcher le pouvoir et qu’ils allaient trouver tous les moyens pour le garder. Ils y sont parvenus. Aujourd’hui, le pouvoir est bien militaire.

Selon vous, quelle va être la relation entre Bah N’Daou et Assimi Goita ?

J’ai appris que le président de la transition avait démissionné de son poste de ministre de la Défense parce qu’il y avait quelque chose qui ne lui plaisait pas. C’est assez rare au Mali que de voir des ministres partir d’eux-mêmes. Cela laisse penser que c’est une personne qui ne se laissera peut-être pas faire. Mais on ne peut pas préjuger de ce qui va arriver. Peut-être qu’ils seront tous les deux de bons dirigeants, mais en l’état actuel des choses, la manière ressemble plus à une perpétuation du système. J’espère que le Vice-président Assimi Goita ne va pas continuer à diriger et que le Président N’Daou ne serait pas fantoche.

Cette nomination ne semble pas avoir l’aval du M5-RFP. Est-ce que cela pourra jouer sur le président et la réussite même de la transition ?

Je pense que, finalement, la marge de manœuvre du M5-RFP semble être réduite, dans la mesure où le CNSP est parvenu à le fissurer. La désignation de Bah N’Daou est actée et je pense qu’il ne va pas subir de contestations. Choguel Maiga est à bout, mais je ne pense pas que cela fera effet. L’Imam Dicko a pris acte, même s’il affirme que ce n’est pas le choix du collège.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut