International › APA

Mali : les sanctions de la Cedeao bientôt levées ?

Gouvernement de transition

En principe, la Cedeao devrait lever l’embargo, cette semaine, au vu des récentes concessions des autorités de la transition malienne.À coup sûr, l’étreinte de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’ouest (Cedeao) étouffe l’économie du Mali. Un pays sans façade maritime qui dépend de ses voisins comme le Sénégal pour commercer avec le monde entier. Avec la fermeture des frontières terrestres et aériennes mais aussi la suspension des flux financiers imposées par l’organisation régionale après le coup d’État du 18 août dernier contre Ibrahim Boubacar Keïta (IBK), le Mali est sur la corde raide.

Ces derniers jours, le Premier ministre Moctar Ouane a enchaîné les audiences avec notamment Hamidou Boly, le représentant permanent de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’ouest (Cedeao) au Mali et Pierre Buyoya, le Haut Représentant de la mission de l’UA (Union Africaine) pour le Mali et le Sahel (Misahel). Ces deux personnalités ont également été reçues par le président de la transition, Bah N’daw.

En outre, Jean-Claude Kassi Brou, le président de la Commission de la Cedeao s’est rendu dimanche à Bamako pour s’entretenir avec les autorités de la transition. Il est ensuite parti à Accra, au Ghana, afin de rendre compte au chef de l’État Nana Akufo-Addo, par ailleurs président en exercice de la Cedeao.

L’organisation régionale avait fixé un certain nombre de conditions au Conseil National pour le Salut du Peuple (CNSP), la junte ayant destitué IBK, pour le rétablissement des relations avec Bamako. Il s’agit principalement de la nomination de civils aux postes de président et Premier ministre de la transition, de l’impossibilité pour ces deux dirigeants de se présenter à la prochaine présidentielle et de l’interdiction pour le vice-président de la transition de remplacer le président en cas de force majeure.

Pour s’assurer de la prise en compte de certaines de ses exigences, la Cedeao avait demandé la publication de la Charte de la transition adoptée à l’issue des journées de concertation nationale. Chose faite le 1er octobre dernier. Ce document de base de la période transitoire, censée durer 18 mois, dispose que le vice-président de la transition, en l’occurrence le colonel Assimi Goïta, « est chargé des questions de défense et de sécurité ». Ni plus ni moins.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut