› Culture

Mali comedy star : La fabrique des humoristes

Émission de téléréalité, Mali comedy star se propose d’encadrer de jeunes humoristes amateurs afin de leur permettre d’acquérir plus de professionnalisme. Elle a été lancée en 2019 et la deuxième édition commencera début novembre et s’étendra sur deux mois.   

« Quand on regarde tous ces jeunes qui tentent de faire carrière dans l’humour, on voit que depuis leur bas âge ils savent faire rire. Cependant, vous avez beaucoup de talents qui, à un moment donné, vont disparaître, parce qu’ils n’ont ni formation de base, ni encadrement. C’est partant de ce constat que j’ai initié Mali comedy star, pour pouvoir former ces jeunes talents », explique Modibo Diallo, initiateur de l’émission de téléréalité.

Pour cette deuxième édition, neuf candidats ont été sélectionnés après un casting, contrairement à l’année dernière, où ils étaient quinze. Bien qu’étant une émission de téléréalité, Mali comedy star leur permettra de se faire coacher durant deux mois par des professionnels de l’humour et de la mise en scène, afin de leur faciliter l’accès aux plateaux internationaux. À en croire Modibo Diallo, l’accent sera mis sur la formation, notamment sur les techniques d’expression en français. « Le hic même, c’est cela. Ils ont du talent, c’est vrai. Mais la langue constitue une véritable barrière pour l’accès aux scènes internationales ».

Après trois premières semaines de formation, les neuf candidats s’affronteront tout au long de l’émission. Une fois par semaine il y a un prime, fait de prestations individuelles mais aussi de groupes. Sur la base de ces deux performances, les jeunes sont notés par les membres du jury d’une part, et par les votes du public de l’autre. Les appréciations du jury, « plus professionnelles », pèseront pour un coefficient de deux alors que le vote du grand public aura un coefficient de un. Ceux qui obtiendront les plus faibles notes seront nominés pour l’élimination.

L’émission sera diffusée quatre fois par semaine sur la deuxième chaîne de la télévision nationale. Trois diffusions concerneront le quotidien des candidats et une le prime. La grande finale, initialement prévue pour le 19 décembre au Palais de la culture, accusera d’un retard de deux semaines à cause de problèmes organisationnels.

Le comité d’organisation a en perspective de gérer les carrières professionnelles des candidats qui en exprimeront le souhait. Déjà, l’une des plus faibles candidates de l’édition précédente, Fanta Damangoni, s’illustre sur la scène humoristique. « On ne gérait jusqu’à là pas les carrières des candidats. Mais nous soutenons ceux de la première édition dans tout ce qu’ils entreprennent », conclut Modibo Diallo.
Boubacar Diallo

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut