International › APA

Social, économie et santé au menu des quotidiens marocains

Les quotidiens marocains parus ce mardi se penchent sur nombre de sujets notamment le modèle coopératif, l’importance du secteur agricole et la situation épidémiologique au Maroc.+Aujourd’hui le Maroc+ souligne qu’à l’heure où le Maroc recherche un nouveau modèle plus inclusif, les coopératives peuvent en constituer un des principaux leviers, faisant savoir que sur les quelque 30.000 coopératives recensées au Maroc, une écrasante majorité opère dans les secteurs de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de l’artisanat.

Les coopératives ont surtout permis d’inclure des femmes dans le circuit économique en les rendant autonomes et productives pour leur bien et celui de leurs familles, ajoute le journal, notant que certaines d’entre elles sont même devenues de véritables écosystèmes qui créent des emplois indirects et font vivre de petits tissus de TPME comme prestataires.

Toutefois, les profondes mutations que connaît actuellement l’économie marocaine et mondiale… imposent aux coopératives marocaines d’évoluer et de se moderniser, constate-t-il, appelant les coopératives à garder intact leur ADN qui a fait leur succès, à savoir leur dimension participative, inclusive et leur fibre solidaire.

Pour sa part, +Al Bayane+ écrit que le secteur agricole participe grandement à la création de la plus-value ; à plus de 15% du PIB, relevant qu’il représente la locomotive de la croissance socio-économique du pays, ainsi que l’épanouissement de la productivité, de l’intégration et de la compétitivité.

Il y a tout juste quelques années, le secteur agricole avait contribué à l’ordre de 143 milliards DH (1 euro = 10,8 DH) dont 23 milliards en tant que plus-value, et draine plus de 7 milliards de dirhams de devises, poursuit la publication, notant que le secteur de l’exportation des légumes et des fruits est des plus importants en termes d’emploi au Maroc, puisqu’il cumule environ 500.000 postes d’emploi directs et représente 40% de la population active dans le milieu rural.

+L’Economiste+ relève que la situation épidémiologique aujourd’hui au Maroc ne constitue nullement une surprise, selon les professionnels de santé.

« Vu ce qui se passe un peu partout dans le monde, et surtout dans la sphère européenne proche du Royaume, cette flambée des cas, due aussi à la mobilité des gens, était prévisible », estime Dr Allal Amraoui, cité par le journal. Pour cet expert, « le virus circule de manière active certes, mais plus ou moins de la même façon un peu partout au Maroc ». Ceci, parce que depuis plusieurs mois, aucune ville ou région n’a été véritablement confinée.

Résultat : le virus est actif aussi bien à Casablanca qu’a Oujda, Tanger, Agadir, ou autres. Pour ce qui est des laboratoires d’ analyses biologiques au Maroc, ils réalisent un peu plus de 21.300 tests PCR au quotidien. Mais, le nombre de ces tests est très disparate d’une ville à une autre et d’une région à une autre. Si Casablanca cartonne, d’autres villes ne dépassent pas les 150, fait-il observer.

+L’Opinion+ relève que la grippe et la Covid-19 ont des symptômes très proches, ce qui fait que les maladies habituelles de la saison grippale vont nourrir bien des inquiétudes. En effet, un individu peut très bien présenter l’ensemble des symptômes du Coronavirus et n’avoir qu’une grippe normale.

Raison pour laquelle les médecins appellent à généraliser le vaccin contre la grippe chez le personnel soignant et chez les plus fragiles.

Intervenant lors d’un webinaire sur «la stratégie de diagnostic différentiel du Covid-19 à l’approche de la saison hivernale», Tayeb Hamdi, vice-président de la Fédération Nationale de la Santé (FNS), a fortement recommandé aux professionnels de la Santé de se faire vacciner : « C’est une obligation d’abord morale, d’abord éthique, avant d’être légale », a-t-il indiqué. Ces appels visent également à anticiper un éventuel engorgement du système de santé en cas de deuxième vague, croit savoir le quotidien.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut