› Sport

Handball : Le paradoxe malien

Le handball est un sport pratiqué à la base dans les milieux scolaire et universitaire. La fédération malienne de handball a été créée en 1962, mais jusqu’à aujourd’hui cette discipline n’est pas assez développée au Mali.

Les joueurs de handball viennent généralement par défaut. Le constat est visible lors des championnats nationaux maliens. La plupart des participants sont aussi des joueurs de basket-ball alors que ce sont deux sports différents, qui ont chacun ses spécificités. Les équipes seniors du Mali, masculine et féminine, même si elles existent, ne sont jamais parvenues à être présentes sur la scène sous-régionale. La seule fois  le Mali a participé à une compétition africaine senior, c’était avec son équipe féminine, lors des derniers jeux africains de Brazza et la plupart des joueuses étaient des expatriées. Tout de même, en catégories jeunes, le Mali a remporté quelques trophées et a organisé en 2016 les championnats d’Afrique cadets et juniors et devait même organiser en 2020 une compétition qui a été reportée à 2021 pour cause de Covid-19.

Selon le Secrétaire général de la fédération malienne de handball, Seydou Guindo, le handball au Mali n’est pas professionnel. Il est toujours amateur, c’est-à-dire qu’il n’y a pas de rémunération. Il explique que dans le handball professionnel, lorsque le joueur passe deux ans sans participer à une compétition avec son équipe nationale, il est libre d’aller jouer avec une autre. Il suffit seulement d’avoir la nationalité de cette équipe. « Awa Kanté est une expatriée qui jouait avec le Mali depuis 2011. Pour une histoire de prime, elle n’était pas contente et a décidé d’aller jouer en Guinée. Donc ce n’est plus une joueuse malienne, pour moi elle n’aime pas son pays, elle veut juste gagner de l’argent », estime le Secrétaire général de la fédération malienne de handball. Il ajoute aussi qu’au Mali les catégories jeunes n’ont pas droit à des primesLorsque l’équipe fait une belle prestation, le ministère des Sports peut décider de la récompenser en guise d’encouragement. Cela est notifié dans un arrêté ministériel, que les joueuses avaient toutes bien lu avant leur départ pour la compétition à Abidjan.

M. Guindo invite les autorités maliennes à soutenir le handball en dotant les espaces scolaires de terrains adaptés afin de développer largement cette discipline, pour plus de participation aux compétitions africaines.

Maryam Camara

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut