› Société

Mali – Jeux d’enfants : Avec l’essor du numérique, ils changent

Le temps où les enfants jouaient ensemble dans la cour de récréation, dans la rue, ou encore en famille semble être un vieux souvenir, comme les jeux qui étaient si prisés il y a une deux décennies. Compétitions de billes, sauts à l’élastique, marelle ou simples parties de cache-cache, dont les souvenirs en rendent nostalgique plus d’un. Devant l’impossibilité pour certains parents d’acheter des jouets ou des consoles à leurs enfants, ces derniers devaient se montrer créatifs. En organisant des parties de chasse à la recherche de margouillats ou en faisant rouler de vieux pneus à l’aide de bâtons. « Ce sont des jeux auxquels nous avons joué plus jeunes. Non seulement c’était ludique, mais cela a également créé des liens forts entre nous », se persuade Djibril Sacko. Ces jeux ont tendance aujourd’hui à disparaître au profit de nouvelles pratiques qui remettent en cause le vivre ensemble.

En milieu scolaire, ils n’existent presque plus, peut-être à cause du manque d’espace, mais aussi à l’éducation reçue à la maison. « Chez nous, les jeux sont plus fréquent en maternelle. Au collège, les élèves sont plus sages, il y en a même qui préfèrent lire pendant la pause »,explique Djouba Diakité, enseignante.

Plus d’enfance ?

Selon Mamoutou Karamoko Tounkara, sociologue, « les enfants ne vivent plus leur enfance, ils passent tout leur temps devant les écrans et ne s’amusent plus ensemble. Aujourd’hui, nous avons tendance à nous occidentaliser. Une nouvelle forme d’éducation est née, on ne parle plus d’entraide ni de sociabilité. Les parents sont de plus en plus protecteurs : ils ne laissent plus leurs enfants sortir jouer dehors ».

Dr Tounkara ajoute qu’il y a plusieurs étapes de formation dans la vie d’un homme et que quand on en saute une cela peut se ressentir à l’âge adulte. Avant, rares étaient les familles qui possédaient une télé. Du coup, les enfants n’avaient d’autre choix que de sortir s’amuser dans la rue. « Malheureusement, maintenant, après l’école, chacun veut que son enfant reste à la maison. Dans une famille, si tout le monde n’est pas concentré sur une émission de télé, chacun a son téléphone ou sa tablette en main. Plus d’échanges entre parents et enfants donc. Alors que c’était lors de ces causeries que les bases de la sociabilité de l’enfant étaient posées. Les parents lui apprenaient certaines règles de la vie. Cqui n’existe plus aujourd’hui », déplore Dr Tounkara.

Maryam Camara

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut