› Société

Proverbes : Entre sentences et savoir-être

« Plus un singe monte sur le cocotier, plus il montre son derrière », parce que, quel que soit son niveau, « il ne faut pas avoir la grosse tête ». « Le monde aura beau changer, les chats ne pondront jamais », proverbe africain qui signifie « même si certaines choses changent, les hommes restent les mêmes ».  Autant de « vérités » qui, malgré les influences des années et des lieux, « traversent le temps » et sont des paroles de sagesse. Avec humour ou gravité, elles attirent l’attention sur « le bien » ou le « mal », dans un style propre à chaque société.

Sous forme de sentences ou de simples dictons, les « proverbes disent ce que les peuples pensent ». Une parole sans proverbes est même « une sauce sans sel », selon les Dogons.

S’ils existent depuis près de 2 400 ans avant Jésus Christ, les proverbes sont « un héritage spirituel devenu diffus dans la population, au point qu’ils n’ont pas d’auteurs », explique M. Daouda Tékété, auteur du Recueil des proverbes africains.  325 pages et 4 chapitres édités par Prostyle en juin 2020 dans lesquels il en présente plus de 5 000. Les 54 pays africains et leurs diasporas, « au-delà des variantes culturelles, partagent le même  le fonds spirituel », ajoute M. Tékété.

Des vérités souvent exprimées de façons différentes mais traduisant la même réalité. Pour magnifier l’union, au Bénin « une seule brindille ne peut pas balayer la cour », au Mali « un seul doigt ne peut pas ramasser un caillou » et au Congo « une seule brindille de moins du toit d’une case ne le fait pas s’effondrer ».

Fonction sociale

« Toutes les langues naissent avec leur génie et chaque groupe se rend à l’évidence en formulant des constats afin d’éviter les variabilités », explique le Dr Fodé Moussa Sidibé, professeur de Lettres et spécialiste de la tradition orale. Des « formulations poétiques » souvent difficiles à traduire dans d’autres langues.

Ainsi  on apprend dans « Sagesse bambara : Proverbes  et sentences », de Charles Bailleul (Éditions Donniya), « mogo do bese dosokoroba ka sugunèkè la a ka worokoloyèrèyèrè I te se ola » : « on peut savoir pisser comme un chien adulte sans pour autant secouer sa cuisse comme lui ». L’imitation des artistes n’est pas facile, il y a toujours un détail qui vous échappe. À chacun sa spécialité!

Fatoumata Maguiraga

 

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut