International › APA

UA : quelles priorités pour le nouveau mandat de Faki ?

Candidat pour un second mandat en tant que président de la Commission de l’Union africaine (UA), Moussa Faki Mahamat se fixe huit objectifs majeurs.L’ancien chef de la diplomatie tchadienne se dirige vers un ultime mandat à la tête de l’organisation continentale. Dans un programme d’une trentaine de pages, Moussa Faki Mahamat détaille sa vision pour les quatre prochaines années.

« Je ne saurais promettre ce que je sais au-delà de mes capacités et de mes pouvoirs. Je ne saurais, non plus, céder à la dispersion et à une boulimie politique vaine, non crédible et inappropriée. Aussi, je me propose de centrer les efforts sur des priorités en harmonie avec l’Agenda 2063. Ma volonté est de m’investir, avec la future Commission, à faire progresser de façon significative notre projet panafricaniste en me concentrant sur des domaines prioritaires ayant une vocation continentale », a-t-il promis.

Le président de la Commission de l’Union africaine (UA) veut inscrire son action dans un « cadre programmatique rigoureux » auquel il tiendra dans la mesure de ses possibilités. Élu pour la première fois en 2017, M. Mahamat affirme que l’ampleur déconcertante des demandes et les contraintes imposées par la limitation des ressources imposent des choix parfois douloureux.

Malgré tout, sa première priorité est de parachever la réforme institutionnelle et de renforcer le leadership de la Commission. Pour ce faire, l’Union africaine projette de construire un système de financement soutenable, de renforcer le mécanisme de mise en œuvre et de suivi de la réforme mais aussi l’unité et la cohésion des départements.

Le deuxième volet consiste à accroître la transparence administrative et financière. Dans le projet de construction d’« une institution bien gouvernée, il est primordial de continuer à consolider les cadres et les systèmes de gouvernance afin de renforcer la responsabilité redditionnelle dans toutes les sphères de l’administration et des finances », s’engage l’ex-Premier ministre du Tchad.

Dans le but de matérialiser ce point, tous les départements et bureaux seront instruits de s’inspirer des performances axées sur les résultats et de la gestion prudente des ressources, conformément aux règles, règlements et politiques établis en la matière.

Des efforts particuliers seront portés sur la réduction, voire la suppression, des goulots d’étranglement qui affectent considérablement les résultats. Davantage de mesures administratives et disciplinaires seront prises en tant que de besoin pour améliorer le fonctionnement de la Commission et de ses organes. A cet effet, les recommandations et résultats des audits externes connaitront une mise en œuvre diligente.

A lire aussi: UA : le bilan de Moussa Faki Mahamat en question

La troisième priorité pour Faki, c’est de « faire taire les armes » à l’échelle du continent. « Le prochain mandat pourrait être un échec si nous ne parvenons pas à réduire substantiellement le bruit des armes dans les pays en proie aux crises et conflits armés », indique-t-il.

Ce faisant, il entend éradiquer le terrorisme dans le Sahel, la région du Lac Tchad, au Mozambique, en Tanzanie et en Somalie, consolider la paix en République centrafricaine, au Soudan du Sud, en Libye, au Soudan et apporter la contribution de l’Afrique à la solution du conflit au Sahara Occidental.

« Développer l’alerte précoce et la prévention, promouvoir la médiation africaine, raffermir le principe de la solution des problèmes africains par les africains, respecter les principes démocratiques et les droits de l’Homme devraient être, entre autres, les instruments de cette priorité », se persuade le président de la Commission de l’UA.

En outre, le Tchadien veut, grâce à son quatrième objectif, « conduire à bon port certains projets intégrateurs » en poursuivant quatre grands projets. Le succès de la Zone de libre-échange continentale africaine (Zlecaf) se situe au premier rang de ceux-ci.

Pour donner corps à ce vœu cher, Moussa Faki Mahamat va s’employer à « mobiliser les ressources nécessaires aux appuis au Secrétariat de la Zlecaf pour une mise en œuvre méthodique, progressive mais ferme de ce projet stratégique de notre continent ».

Dans le même ordre d’idées, il déclare : « La question des infrastructures me mobilise tout particulièrement. Je ferais tout pour que ce mandat connaisse le lancement effectif de l’un, au moins, de nos grands projets continentaux d’infrastructures : chemin de fer intégrateur ? Barrage d’approvisionnement hydroélectrique ? Ring road d’union et d’ouverture de l’Afrique au monde ? Cité de la jeunesse et de la révolution numérique ? »

A en croire l’ancien président du Conseil économique et social tchadien, la priorisation de l’un de ces projets sera jugée en fonction de la pertinence, de la faisabilité et des capacités de mobilisation des ressources.

A lire aussi: La vice-présidence, principal enjeu des élections de l’UA

Dans le développement de sa cinquième priorité, le patron de la Commission de l’UA dit vouloir « faire reculer la pauvreté, se battre pour l’autosuffisance alimentaire, la résilience à travers un nouvel essor de l’agriculture et de l’économie bleue, la protection de l’environnement ».

Tandis que les femmes et les jeunes sont visés dans la sixième priorité avec notamment l’opérationnalisation des politiques en leur faveur. L’avant-dernière priorité consiste à « impulser la pensée africaine sur les déterminants patents des crises ».

Ce point renvoie à quatre thématiques importantes au sujet desquelles il s’efforcera de faire progresser la pensée africaine au sein des principaux centres des décideurs continentaux.

La question du constitutionnalisme et de l’Etat de droit y figure en bonne place. Parce que de nombreuses crises politiques graves résultent d’attitudes discutables vis-à-vis des fondements de nos Etats.

De l’avis de Moussa Faki Mahamat, « l’irrespect de notre constitutionnalisme s’invite comme déterminant récurrent de nos crises. Nous ne pouvons rester longtemps silencieux au regard de ce sujet. Il ne s’agit pas de mettre en cause la valeur du principe fondamental du libre choix de chaque peuple, de chaque Etat, d’adopter le système constitutionnel qui lui est propre. Il s’agit de renforcer le plaidoyer pour que les Etats membres respectent de tels choix une fois adoptés et devenus le fondement du pouvoir et de sa dévolution pacifique dans tel ou tel Etat membre de notre organisation ».

Enfin, le diplomate tchadien, conscient que « la coopération et la solidarité internationales sont irremplaçables » dans un « monde à la fois multiple et un », ambitionne de « ressourcer nos partenariats stratégiques ».

« L’Afrique et l’Asie, l’Afrique et l’Europe, l’Afrique et l’Amérique, comment ne pas être fier que notre continent soit aujourd’hui au centre de ces immenses ensembles géostratégiques ? En définitive pourtant, nous ne jouirons pleinement de ce statut qu’à la condition de nous affirmer, sans complexe ni ombrage, dans notre propre être, notre personnalité, notre identité, sur une base de totale égalité avec les autres », conclut le président de la Commission de l’UA.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut