› Économie

Mali – Péages routiers : Un difficile compromis

Instaurée depuis 2008 par un arrêté interministériel, la redevance par passage pour les véhicules particuliers et de transport suscite la colère de certains transporteurs.

Après une période transitoire de 3 mois, pour permettre une sensibilisation des usagers, le gouvernement avait consenti une tarification horaire, c’est-à-dire le paiement d’un ticket valable 24 heures. Plus d’une décennie après, les autorités viennent de relancer l’application de la mesure à partir du 1er février 2021, avant de reculer suite à la grève de 24 heures des transporteurs. Alors que la prochaine date butoir est fixée au 17 février, les acteurs continuent d’affûter leurs arguments.

C’est  le Conseil des ministres du 19 février 2020 qui a autorisé le gouvernement à appliquer la tarification par passage. Une décision dont la mise en œuvre sera fixée au 11 janvier 2021, avant d’être reportée au 18 janvier puis finalement au 1er février 2021. Suite au mouvement de grève déclenché par les transporteurs, le gouvernement a décidé d’un nouveau report, pour donner encore une chance aux usagers de comprendre la mesure, disent les autorités.

Comprendre et surtout accepter qu’il incombe à tous les usagers de participer à l’entretien routier. Au Mali, c’est la loi 051 du 4 août 2000 qui instaure l’autorité routière (AR) et en fixe les ressources, dont les redevances péages. Ces ressources, qui proviennent aussi de redevance carburant, servent entre autres à financer les travaux d’entretien et d’amélioration de la sécurité routière.

Le paiement par passage, qui s’appelait droit de traversée, n’est pas nouveau, rappellent les autorités. « Sa mutation » en paiement horaire de 24 heures explique sans doute la fronde des transporteurs, qui proposent tout au moins un réaménagement de l’arrêté.

« Nous demandons aux autorités de passer de 1 000 à 1 500 francs CFA pour les camions bennes par jour, au lieu d’un paiement par passage. Que ceux qui sont à 1 500 francs passent à 2 000 francs CFA et que les pour les minibus soient maintenus », explique M. Souleymane Diallo, Président du Syndicat national de la coordination des chauffeurs et transporteurs routiers du Mali.

Contribution des usagers

Estimées en 2020 à 100 milliards de francs CFA par la réunion annuelle des routes, les ressources mobilisées pour l’entretien routier ont été de 30 milliards, sur lesquels les péages représentaient environ 4 milliards, qui n’avaient pas été atteints au 31 décembre 2020, expliquent les responsables de l’AR. La redevance péage correspond à environ 10% des ressources de l’autorité.

Fatoumata Maguiraga

Chiffres

Véhicules légers : 500 francs CFA / passage

Véhicules de transport (+ de 13 personnes) : 1 000 francs CFA / passage

Véhicules lourds : 500 francs CFA / essieu

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut