› Culture

Mali – Salomé Dembélé : L’icône de la musique bwa

Culture-Salomé Dembélé

Elle est une enfant de chœur, au propre comme au figuré. À 38 ans, Salomé Dembélé baigne dans la musique depuis toute petite. Sa voix mélodieuse s’est forgée dans les chorales de Mandiakuy, dans le cercle de Tominian, à San et à Bamako, mais surtout à l’école de son père, Victorien Dembélé, le célèbre chanteur bwa joueur de sept tamans.

Le véritable maître de Salomé Dembélé ne connaît pas de répit. Le 6 février dernier, le vieux Victorien Dembélé, en bon vivant, haranguait les spectateurs avec ses tamans au festival Bama Art. Une indication de la force qui anime Salomé Dembélé, sa fille et élève. « Je n’ai pas peur de la musique, je suis née et j’ai grandi dedans », lance-t-elle fièrement.

C’est en 2012 que commence la vraie carrière musicale der celle qui se présente comme le nouvel écho de la musique et de la culture bwa. « J’ai toujours été inspirée par mon père. Je veux devenir comme lui et continuer à promouvoir l’identité bwa dont je me glorifie ».

Sa carrière musicale doit son premier envol à François Koïta, un artiste compositeur. Il est à l’origine de son premier album, « Han na senuma » (La souffrance de la femme), arrangé par Dieudonné Koïta, son fils. L’opus reflète les préoccupations de la native de Kèra, cercle de Tominian,  pour la cause des femmes, comme en témoignent ses dizaines de singles. « La femme ne doit point souffrir. Et à l’avenir je projette d’aider les orphelins  et les veuves ».

Salomé Dembélé est artiste-chanteuse, mais également musicienne. Elle sait jouer du taman, un seul, contrairement à son père. Sur scène, elle est accompagnée de deux tamans, de trois guitares, d’un balafon et d’une batterie.

En 2017, elle fut lauréate de Talents de la Cité, compétition artistique organisée par SMARTS – Ségou, une association d’acteurs culturels de la Cité des balanzans. La scène internationale ne lui est pas inconnue, car elle a participé en 2019 au festival Taragalte au Maroc et donné des concerts dans plusieurs pays de la sous-région. Au Danemark, elle fait même partie d’un groupe de musiciennes et chanteuses  elle est la seule Africaine.

Salomé Dembélé travaille à son deuxième album dans un environnement culturel difficile. Les épines? Trouver un producteur et éviter le piratage. Elle l’accepte avec philosophie. « Les difficultés nous permettent de saisir la valeur de ce que l’on a accompli. Elles servent de conseil et d’expérience ».

Boubacar Diallo

RépondreRépondre à tousTransférer

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut