› Économie

Mali – Oumy’s Agrihub : Les tomates sous toutes les formes

Kadidiatou Dia Cissé est la promotrice de Oumy’s Agrihub. Une unité de transformation de tomates en différents sous-produits.

Native de Ségou, capitale de l’une des principales régions agricoles du Mali, Kadidiatou Cissé est issue d’une famille d’agronomes. Détentrice d’une licence en Agroéconomie, elle s’est donnée pour mission de réinstaurer la filière tomate du Mali.

C’est pendant sa formation à la Faculté d’agronomie et lors de ses différents voyages et recherches qu’elle a eu l’idée de se lancer dans l’entrepreneuriat. Avec un projet  d’entreprise qui permettrait d’apporter de la valeur ajoutée et d’aider les producteurs comme les consommateurs.

Ce projet débute après plusieurs constats faits par la jeune entrepreneure sur la filière tomate. Selon ses dires, ce fruit est produit en grande quantité, et avec de la qualité, en février, mars et avril.

Mais malheureusement, le reste de l’année, faute de moyens de conservation à long terme par les consommateurs et par les producteurs, une grande partie de la récolte pourrit, provoquant de lourdes pertes. « C’est donc suite à cela que l’idée de créer à partir de mon expérience une vraie entreprise est née », avoue-t-elle.

Pour lutter contre le gaspillage alimentaire à tous les niveaux, Kadidiatou Cissé et sa mère ont trouvé la solution : sécher les tomates, les transformer en poudre et en purée et les conserver localement.

Oumy’s Agrihub, ou le centre d’agriculture de Oumy, a vu le jour officiellement en juin 2020. Baptisés du nom de la mère de la promotrice, les produits de l’entreprise sont entièrement naturels, sans conservateurs ni colorants.

Très soucieuse de l’employabilité des jeunes, Oumy’s Agrihub emploie actuellement deux personnes pour non seulement de promouvoir nos produits et céréales locaux, qui ne sont pas valorisés à l’échelle nationale et internationale, mais aussi lutter contre le chômage et le gaspillage alimentaire.

D’ici quelques années, selon sa promotrice, l’entreprise projette d’exporter ses produits vers l’étranger. Et espère vivement devenir leader dans la fabrication et la commercialisation de la tomate malienne sur le marché national, et pourquoi pas international.

Aminata I. Traoré

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut