Société › Environnement

Mali: point sur l’avancée des activités de l’OMVS

Au Mali, le point et l’état d’avancement des activités principales de l’Organisation pour la mise en valeur du Fleuve Sénégal (OMVS) étaient au centre des échanges entre le président Bah N’Daw et le haut-commissaire de l’Organisation, Hamed Diane Semega, le 19 avril 2021.

A l’issue des échanges,  Hamed Diane Semega a présenté au président en exercice de l’OMVS, le Projet de navigabilité sur le Fleuve Sénégal. Un projet majeur et structurant pour l’OMVS qui est à sa phase terminale et auquel le chef de l’Etat malien était très attentif et a apporté tout son soutien pour sa réalisation. Concernant le Projet d’accroissement de l’offre électrique, le haut-commissaire a rappelé que l’OMVS produit à travers sa Société de gestion de Manantali (SOGEM) de l’électricité qui est vendue aux États.

« Les chefs d’États nous ont demandé d’accroître la capacité de production de notre système en aménageant d’autres infrastructures pour permettre d’avoir accès à l’hydro-électricité qui est une électricité peu chère, une énergie propre. Mais, c’est aussi compliqué à faire à cause des montants extrêmement importants à mobiliser pour construire ces ouvrages », déclaré Hamed Diane Semega.

Par ailleurs, le Projet de régulation du Fleuve Sénégal a également été au cœur des discussions entre le président Bah N’Daw et son visiteur. « Le Fleuve Sénégal n’est contrôlé aujourd’hui, que sur un affluent, la Bafing, au niveau de Manantali. La Falémé est un affluent majeur dont on perd chaque année les eaux qui s’en vont à la mer et dont l’on peut stocker une bonne partie. Cela va permettre à la navigation d’être sécurisée tout le temps et d’accroître l’offre électrique en améliorant les capacités de Manantali, mais surtout pour l’agriculture irriguée. Donc, c’est un barrage véritablement environnemental de régulation », a expliqué le haut-commissaire de l’OMVS.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut