› Économie

Taxi Damou : La facilitation des trajets comme crédo

Existant déjà dans d’autres pays sous d’autres noms, l’entreprise Taxi Damou a été rendu opérationnelle en octobre 2020 par des opérateurs économiques Soudanais. Pour Abbas Younous, le traducteur et facilitateur de la société, à travers son application elle veut simplifier la vie des usagers. En facilitant les déplacements de tous les citoyens partout à Bamako, à un moment où la concurrence est rude avec les taxi-motos.

Disposant de deux interfaces, Taxi Damou driver et Taxi Damou passager, la plateforme permet, grâce à la première, de mettre en contact les différents conducteurs de taxi et leurs cibles. L’autre partie de l’application, dédiée aux passagers, permet de réserver un taxi en choisissant son point d’origine et son point d’arrivée.

Traitant des milliers d’options, Taxi Damou dispose d’un réseau de sécurité qui garantit l’accessibilité et la confidentialité via des canaux sécurisés. Elle propose trois offres de services : le service de taxi simple, le taxi VIP et le taxi aéroportuaire. En plus du suivi de la localisation en temps réel, les clients disposent également d’un choix de modes de payement flexibles selon leur destination.

L’entreprise a mis en place une équipe d’assistance disponible 24h/24 et 7j/7 afin de répondre à tous les besoins des cibles. Grâce aux fonctionnalités de la plateforme, il est également possible d’évaluer les conducteurs de taxi à la fin de chaque voyage.

Forte contrainte, l’un des plus gros challenges de l’entreprise est la cherté des prix de la connexion internet au Mali. Car quand elle est élevée la population a des difficultés à se connecter à l’application.

Travaillant déjà avec bon nombre de chauffeurs de taxi à Bamako, l’entreprise projette de se lancer à la conquête d’autres villes maliennes. Selon Younous Abbas, d’ici quelques années, l’application espère devenir l’une des plus grandes plateformes de transport à l’international, comme Uber. Cela permettra de réduire le chômage des jeunes et d’offrir aussi un attrait touristique.

Aminata I. Traoré

Cet article a été publié dans Journal du Mali l’Hebdo n°318 du 13 au 19 mai 2021 

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut